A propos de l'euro, fétichisme monétaire, lutte de classes et démarche transitoire

Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

-A +A

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Économie
idées

Par Yvan Lemaitre. L’accord du 13 juillet et le vote par le parlement grec d’un troisième mémorandum puis les élections législatives du 20 septembre convoquées par Tsipras à la recherche de sa majorité perdue et leurs résultats mettent un terme à la période ouverte par l’arrivée de Syriza aux affaires le 25 janvier dernier et marquée par l’illusion qu’elle pourrait mettre fin à l’austérité. Un nouveau débat s'ouvre et nécessite des clarifications pour nous dégager des confusions entretenues par les illusions d'abord, la déroute ensuite, et le retour de balancier vers la droite qui en résulte.

Le plus souvent cette discussion reste prisonnière des illusions passées, vient les justifier en tentant de démontrer qu’il était possible d’avoir une autre politique que celle de Tsipras en sortant de l’euro parfois de la part des mêmes qui expliquaient qu’il était possible d’appliquer le programme de Thessalonique tout en restant dans l’euro.

Autant dire que la plus grande confusion règne et qu’elle se répercute sur l’ensemble de celles et ceux qui ne se résignent pas aux politiques d’austérité. La pression du recul conduit à la recherche de solution par en haut, comme si rompre avec la politique dictée par l’oligarchie financière ne dépendait que d’un choix politique gouvernemental pour changer l'orientation de l’État et de logique économique.

Cette dite logique économique est en réalité dictée par les rapports de force entre les classes, en changer ne peut se faire sans changer radicalement ce rapport de force par les luttes et les mobilisations des travailleurs et des classes populaires.

Chercher des réponses par en haut quitte à  venir sur le terrain dangereux de la sortie de l’euro entretient la confusion et le désarroi.

Une politique dans le cadre du capitalisme ou en rupture ?

Pour éviter les interprétations ou les caricatures le mieux est de citer comment un des dirigeants de l’Unité populaire expose la politique fondée sur la sortie de l’euro telle que Tsipras aurait dû la mettre en œuvre pour être fidèle à ses engagements et qui devrait être à la base du programme de l’UP. Stathis Kouvélakis écrit : « Oui, nous pensons qu'il faut nous préparer pour la sortie de l'euro. C'est absolument clair ! Le programme d'Unité populaire est finalisé, il sera rendu public à la fin de la semaine. La préparation de la sortie de l'euro est un point fondamental. Cette question comporte plusieurs aspects. Le premier, c'est évidemment la récupération de la souveraineté politique dans le cadre où un gouvernement se retrouve confronté à la sainte-alliance de toutes les puissances néolibérales. Dépourvu de l'outil monétaire, on l'a vu, nous sommes pris en otage par la BCE. Syriza l'a subi dès le 4 février... Deuxièmement, c'est un moyen pour permettre le redémarrage économique en assurant l'approvisionnement en liquidités. Ensuite, c'est un moyen extrêmement important sur la question de la dette : en passant par la monnaie nationale, la dette devient quasiment impayable, personne ne va accepter le remboursement d'une dette qui se retrouve libellée en une monnaie nationale. Cela nous place en position de force. Enfin, la dévaluation permet de relancer vigoureusement la croissance : tous les pays qui se sont retrouvés dans une situation de récession profonde n'ont pu redémarrer économiquement qu'avec une dévaluation monétaire. Le choix est simple, en réalité : c'est soit une dévaluation monétaire, soit la dévaluation interne, c'est-a-dire les plans d'ajustement structurel qui sont imposés pour faire baisser les salaires et les retraites, et qui écrasent le coût du travail. C'est sûr que la dévaluation monétaire crée un certain nombre de problèmes, mais elle crée aussi des opportunités : elle booste la production nationale, elle permet une substitution des importations par les exportations, elle rend les exportations plus compétitives... Certes elle peut être problématique là où il faut payer en devises fortes : les carburants, l'énergie, certains médicaments qui sont nécessairement importés – mais pas tant que ça, par parenthèse, la production nationale peut assurer une bonne partie... Tout cela ouvre des difficultés transitoires. Mais, en réalité, on le voit avec les économistes hostiles au néo-libéralisme, que ce soit Krugman ou Stiglitz, que ce soit Aglietta ou Lordon en France, le débat est tranché : le meilleur choix possible pour la Grèce, le seul viable en réalité, disent-ils, c'est le retour à une monnaie nationale, dans le cadre, bien sûr, d'une politique progressiste de relance qui peut gérer les problèmes. Il y aura des pressions inflationnistes, mais un gouvernement de gauche peut protéger les salaires dans ce contexte... »

Le même camarade répond à la question de savoir si la Grèce doit ou non, sortir de l’Union européenne en même temps que de l'euro «  Non, pas nécessairement. La question est susceptible de se poser, mais ce n'est pas automatique. Après tout, il y a dix pays de l'Union européenne qui ne sont pas dans l'euro. Ce n'est pas tranché pour nous... Ce que notre programme prévoit si la confrontation devait aller plus loin, c'est d'aller vers un référendum. Le gouvernement britannique le prépare, avec une orientation politique tout à fait éloignée de la nôtre, mais nous ne voyons pas pourquoi on ne pourrait pas se poser la question de notre côté. Mais le départ de l'Union européenne ne fait pas partie des objectifs d'Unité populaire. »

Sortir de l'euro tout en restant dans l'Union européenne, tout est mis cul pas dessus tête.

Kouvélakis ne tire pas la leçon essentielle de la faillite de Tsipras et reste prisonnier des mêmes illusions partant en guerre contre l’euro et non contre les racines du problème, les rapports capitalistes, la domination de la bourgeoisie. Lafazanis, au lendemain des élections et de l’échec de l’Unité populaire, insiste pour faire de ce mot d’ordre la question principale, la ligne de démarcation.

Il y a là un piège.

Des illusions réformistes au souverainisme

La question centrale n’est pas la sortie de l’euro mais bien de répondre aux exigences du monde du travail, et donc l’attitude à avoir vis-à-vis de la dette insoutenable en Grèce mais aussi au niveau de l’ensemble des pays européen. La dette devient plus largement une des questions centrales face à la crise économique mondiale qui repose sur un océan de dettes et de créances douteuses tant privées qu'étatiques. Décréter un moratoire unilatéral, l'annulation de la dette sont les mesures immédiates que devrait prendre un gouvernement des travailleurs, un gouvernement anticapitaliste soucieux de répondre aux exigences des classes populaires.

Prendre ces mesures radicales n'implique nullement, automatiquement, la sortie de l'euro mais bien d'œuvrer à un affrontement immédiat au niveau européen non pour renégocier les traités mais pour construire une autre Europe.

Il ne s'agit pas comme le propose l'appel pour le plan B de commencer par un plan...A, renégocier dans le cadre de l'union européenne puis, si échec, rompre avec elle. Notre démarche est celle d'une stratégie de transformation révolutionnaire au niveau de l'Europe, celle de Mélenchon est une stratégie au mieux réformiste combinant le respect des institutions européennes et le repli national.

Préconiser la sortie de l’euro peut sembler plus radical mais cela reste dans cadre du même raisonnement réformiste, reste dans le cadre des institutions. On ne prend pas le mal à la racine, les rapports capitalistes.

Qui peut imaginer que la sortie de l’euro permettrait à la Grèce d’échapper au marché mondial et à l’emprise des banques ?

La sortie de l’euro n’épargnera nullement à la Grèce de continuer à payer sa dette.  Contrairement à ce que prétend Kouvélakis, la sortie de l’euro n’annulerait pas automatiquement la dette bien au contraire. Si la dette devait être remboursée en euros, son poids réel (en drachmes) s’alourdirait en raison de la dévaluation.

Si la sortie s’accompagnait  d’une annulation, totale ou partielle, de la dette, le gouvernement aurait  besoin de soutenir le taux de change de sa nouvelle monnaie et devrait emprunter dans la zone euro ou ailleurs. La drachme serait l’objet de spéculation auxquelles elle pourrait difficilement résister.

Kouvélakis nous dit que la sortie de l’euro entraînerait une dévaluation qui permettrait des gains de compétitivité qui équilibrerait le commerce extérieur de la Grèce. Peut-être mais au détriment des salariés.

C’est oublié la dépendance de l’économie grecque qui doit importer  des produits alimentaires, de médicaments et de pétrole (dont les prix seraient alourdis par la dévaluation). On voit bien que les premières victimes de cette dévaluation compétitive seraient les salariés. Aucun « gouvernement de gauche » ne pourrait s'opposer à la logique du marché, des banques et des spéculateurs, pas plus que Tsipras ne l'a fait, surtout s’il reste replié sur ses frontières. Ce n'est pas une question de bonne ou mauvaise volonté mais de rapport de force.

Et il n'est pas possible de raisonner comme s’il n’y avait pas de bourgeoisie grecque dont la seule préoccupation est de sauver ses banques et de rétablir ses profits.  Comme l'écrit Jean Marie Harribey « En faisant de la devise l’alpha et l’oméga de la question grecque, on fait totalement l’impasse sur les rapports de classe internes à la société grecque. Or, la sortie de l’euro, en tant que telle, ne remet pas en cause la structure oligarchique. »

La nationalisation des banques, la réquisition de la banque centrale seraient des moyens de résister et de contrôler, mais de telles mesures exigent un rapport de force, une mobilisation des salariés. Elles ne nécessitent pas une sortie de l'euro mais une politique de classe, internationaliste offensive vis à vis des travailleurEs de l'ensemble des pays d'Europe. 

Certes la conquête du pouvoir par les travailleurs et les classes populaires ne sera pas synchrone mais comment imaginer une crise révolutionnaire même dans un petit pays comme la Grèce sans qu'elle s'inscrive dans un mouvement au niveau européen et qu'elle permette d’entraîner les autres peuples. 

Personne n'est en mesure de prévoir les rythmes du processus révolutionnaire, rien n'exclue une phase de retour sur les frontières nationales mais même dans une telle situation rien ne préjuge de la monnaie qu'utiliserait un gouvernement des travailleurs. La drachme est tout aussi bourgeoise que l'euro ! Tout dépendra du rapport de force, de ce que le pays le plus engagé  dans le processus révolutionnaire pourra imposer à la BCE.

Tout le problème est que les partisans de la sortie de l'euro, même à gauche, ne raisonnent pas dans une telle perspective internationaliste et d’intervention directe des classes exploitées. La campagne de l'Unité populaire en est la démonstration et peut-être est-ce un des facteurs qui l'ont marginalisée comme l'expliquent nos camarades de DEA.

« La sortie de l’euro est presque toujours présentée comme une sorte de baguette magique permettant d’échapper à la domination du capitalisme financier, ainsi qu’aux contradictions internes entre capital et travail,écrit Michel Husson . Comme si la sortie de l’euro équivalait à la sortie des politiques néo-libérales. Les grandes firmes et les riches Grecs vont-ils par miracle cesser leur évasion fiscale à grande échelle? Les armateurs grecs vont-ils par miracle accepter de financer les retraites?

Cette fixation sur la question de la monnaie est donc dangereuse dans la mesure où elle fait passer au second rang toute une série d’enjeux qui ont à voir avec des rapports de classes qui ne s’arrêtent pas aux frontières. La Grèce n’est pas une «nation prolétaire» soumise au joug de l’euro, c’est une formation sociale structurée par des rapports de classe. Le total cumulé des fuites de capitaux depuis 10 ans est du même ordre de grandeur que le total de la dette grecque, cela n’a rien à voir avec l’euro et le retour à la drachme n’y changerait rien. Il permettrait même aux évadés fiscaux de rapatrier une partie de leurs capitaux en réalisant une plus-value proportionnelle au taux de dévaluation. »

La sortie de l'euro n'est pas le programme de la classe ouvrière. Elle ouvre la porte au dérive souverainiste illustrée par Sapir et son «  « Front de libération nationale » avec la droite jusqu’au FN. » qui soutient qu' «en réalité, aucun changement de l’UE de l’intérieur n’est possible. La « Gauche Radicale » doit se fixer comme objectif premier la rupture, au moins avec les institutions dont le contenu semi-colonial est le plus grand, c’est-à-dire l’Euro, et elle doit penser ses alliances politiques à partir de cet objectif. Pour elle, l’heure des choix est arrivée; il faudra rompre ou se condamner à périr. » On voit bien le piège et les idées ont des logiques imparables si on ne garde pas une boussole sure, l’indépendance de classe.

Cette fétichisation de la monnaie ne peut être un programme pour le mouvement ouvrier. Elle dévoie les enjeux de la lutte vers une logique nationale-monétaire en semant des illusions dangereuses.

Quand le fétichisme monétaire aveugle

Celles et ceux qui considèrent  la sortie de l’euro comme la mère des batailles sont prisonniers d'une vision déformée des choses qui consiste à faire de la monnaie, qui n'est qu'un instrument, l'origine et la cause des problèmes. Allant parfois jusqu’à lui prêter une volonté propre ! C'est ce que Marx appelait le « fétichisme monétaire » cette perception des rapports sociaux à travers le prisme déformant de la monnaie. L’argent est “la confusion et la permutation universelle de toutes choses, donc le monde à l’envers” écrit-il dans les Manuscrits de 44.

Au lieu de penser leurs relations entre eux telles qu'elles s'organisent dans les rapports sociaux, en l’occurrence le rapport d'exploitation capitaliste, les hommes sont dominés par les produits de leur travail devenus des marchandises qui s’échangent entre elles sans qu'ils ne comprennent comment.  La loi de la valeur décrypte ce mystère en nous expliquant qu'en dernière analyse cet échange se fait en fonction du temps de travail socialement nécessaire à la production des marchandises, donc aux conditions précises de la production à un moment donné. Comme dit Marx, si l'on perd de vue la loi de la valeur, « les tables se mettent alors à danser » avec comme chef d'orchestre ce qui était à l'origine une marchandise particulière servant d'équivalent général entre les différentes marchandises, la monnaie, aujourd'hui simple bout de papier ou impulsion électronique...

Si bien que pour trouver une analogie, nous devons nous échapper vers les zones nébuleuses du monde religieux. Dans ce monde-là, les produits du cerveau humain semblent être des figures autonomes, douées d’une vie propre, entretenant des rapports les unes avec les autres et avec les humains. Ainsi en va-t-il dans le monde marchand des produits de la main humaine. J’appelle cela fétichisme” écrit Marx dans  Théorie de la plus-value.

Il nous faut retomber sur nos pieds, le terrain de la production et de la lutte de classe, là où la plus-value se produit et se partage, là où se joue fondamentalement le rapport de force. Et il s'agit de décrypter à travers les données économiques et monétaires les rapports de forces qui se négocient et se jouent au sein des classes dominantes comme entre elles et le prolétariat.

Ce fétichisme de la monnaie s'accompagne d'une compréhension des rapports politiques et du pouvoir des classes dominantes faussée, idéaliste comme si celles-ci décidaient en fonction de leur libre arbitre de construire ou pas l'Europe, comme si elles échappaient au déterminisme historique certes, relatif, certes pas mécanique,  ouvert mais néanmoins bien réel, comme à leurs propres contradictions.

L’Europe n'est pas une simple construction voulue par les classes dominantes, elle est une réalité historique, sociale et politique, en fonction de laquelle elles doivent agir, apporter des réponses, avoir une politique. Elles l'ont divisée, morcelée  en fonction de leurs intérêts en taillant dans la chair des peuples pour ériger des frontières par les guerres, en divisant et en dressant les peuples les uns contre les autres. Elles sont aujourd'hui incapables de se dégager de leur propre passé  et retrouvent vite leur fond xénophobe et chauvin, leur égoïsme national comme le montre leur attitude face à la crise des migrants.

L’unification de l’Europe se fera contre eux à travers un processus révolutionnaire où les peuples reprendront leur destin en main pour construire leur Europe progressiste, démocratique pour participer à la marche de l'Humanité vers le socialisme.

La nécessaire stratégie révolutionnaire, le plan R

En réalité, la discussion n'est pas une discussion entre économistes qui le plus souvent ignorent la question centrale, celle du processus révolutionnaire, son programme. Ce processus n'est pas pour demain ou un jour, peut-être, il est déjà engagé à travers les bouleversements et les rapports de force actuels.

Avoir une politique du point de vue du prolétariat, de ses mobilisations dans ce processus devrait être l’objet de la discussion.

Sinon, nous ne discutons pas de la même chose.

A la question « Peut-on imaginer une mobilisation européenne pour en finir avec le carcan de la zone Euro ? » Samy Joshua répond : « La réponse est malheureusement négative pour la période à venir. La déconnexion des rapports de force et des opinions publiques est une donnée constitutive de celle-ci. En particulier par le poids acquis par l’Allemagne ordolibérale, ceci avec l’aval, pour l’essentiel, des autres puissances majeures, dont la France. Il en découle que la rupture ne peut s’engager qu’à l’échelle d’un pays d’abord (peut-être d’un groupe de pays). Il en découle aussi que la confrontation avec les institutions de la Zone Euro ne peut que prendre la forme d’une combinaison de conflits de classe d’un côté, et de l’autre des affrontements entre gouvernements et entre États. »

Cela a le mérite de la franchise. L'hypothèse d'une intervention des classes ouvrières est écartée au nom d'un raisonnement qui se veut objectif mais qui exprime en fait une opinion politique : il n'y a rien de possible hors de la voie institutionnelle et réformiste qui débouche sur le pan B puisque le plan A échouera nécessairement comme le démontre le 13 juillet…

Une telle politique est une impasse, un échec annoncé qui ouvrira la porte aux forces les plus réactionnaires.

C'est bien pourquoi nous ne pouvons souscrire au « sommet internationaliste pour le plan B » démarche engagée par Mélenchon avec pour horizon...2017 !

Notre politique se situe résolument dans la seule hypothèse qui représente une issue, le plan R comme  révolutionnaire.

Ce plan a pour point de départ la lutte concrète contre les politiques d'austérité, leurs effets concrets,  la défense des droits des travailleurs, les salaires, le partage du travail entre toutes et tous, contre les privatisations. Ces luttes et mobilisations  débouchent sur les questions politiques clés, la dette, les banques, un monopole public bancaire et la socialisation des grandes entreprises, la question du pouvoir des travailleurs sur la base de l'auto-organisation.

Avant même la conquête du pouvoir, dès aujourd'hui,  les organisations ouvrières ont à poser la question au niveau européen pour préparer les prochains développements de l’affrontement,  engager un processus révolutionnaire débouchant sur une Assemblée constituante des peuples pour balayer et remplacer les vieux traités capitalistes par une constitution des États socialistes d'Europe.

Et ces derniers décideront de la monnaie qui servira à leurs échanges du moins tant que le marché continuera à les réguler sous le contrôle de la population et de son État.

A travers ce processus qu'elles seront les étapes, les rapports avec les vieux États bourgeois bousculés par les masses, y-aura-t-il un moment de rupture unilatérale d'un pays, d'un groupe de pays ? Personne ne peut le dire, tout cela est à écrire. Mais dire aujourd'hui, il faut sortir de l'euro, c'est tourner le dos à la bataille.

Nous ne sommes pas en mesure de prévoir les étapes de cette bataille mais nous avons à  travailler à une vision globale, une stratégie qui nous permettent d’avoir une boussole, un plan, des capacités de manœuvres dans une perspective d'ensemble qui permet d'unifier les mobilisation, de leur donner un objectif politique.

Nous avons à travailler collectivement à imaginer les processus révolutionnaires au niveau européen. L'arène de nos luttes est l'Europe.

« La révolution… doit laisser les morts enterrer leurs morts pour réaliser son propre objet. Autrefois, la phrase débordait le contenu, maintenant, c’est le contenu qui déborde la phrase » comme ces propos de Marx  sonnent juste quand on voit les révolutionnaires eux-mêmes se débattre dans les contradictions monétaires et de souveraineté...

                                                                                  Le 24/09/2015