Face à la catastrophe annoncée, l’urgence de la riposte

Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

-A +A

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Politique
idées

Que peut-on attendre de cette présidentielle ? A priori rien ou plutôt le pire, de toute évidence. A cette heure, le scénario le plus probable reste celui d’une confrontation de second tour entre Marine Le Pen et François Fillon. A moins que le « Penelopegate » et un puissant rejet populaire du programme du nouveau Madame Thatcher ne débouchent sur une surprise Macron ?

[Les articles de ce dossier ont été bouclés entre la dernière semaine de janvier et le tout début de février. Certaines analyses peuvent ainsi varier, non tant en fonction des opinions de l'auteur-e que des évolutions très rapides de la situation, sur laquelle nous reviendrons dans notre prochaine édition.]

C’est évidemment complètement inédit. Certes il y eut le précédent de 2002. Mais quoi qu’on pense des tendances lourdes qui rendirent cela possible, la « lepénisation des esprits », la colère populaire contre les socialistes, ce fut tout de même une sorte d’accident politique. Si les dirigeants d’alors de la « gauche plurielle » (Jospin, Hue, Chevènement, Taubira, Mamère…) avaient jugé possible un tel scénario, ils auraient soldé leurs comptes autrement et un candidat unique (et socialiste) de cette gauche plurielle, qui avait gouverné ensemble pendant cinq ans et se préparait à continuer de le faire, n’aurait pas été éliminé par Le Pen. Cette fois, c’est bien sûr différent. Plus personne n’arrive à imaginer Le Pen absente du second tour… ni même le candidat socialiste présent.

C’est le résultat de cinq ans de présidence Hollande. Cinq ans passés à gouverner brutalement, avec un cynisme invraisemblable, contre ses propres électeurs et contre les classes populaires. Cinq années terribles qui ont ouvert le chemin à la montée et à l’enracinement de l’extrême droite raciste et, à droite, au programme le plus violemment antisocial et ultralibéral depuis… le début de la Ve République peut-être.

Pourtant, ni le programme de la « préférence nationale » de Le Pen, ni le programme catho-thatchérien de Fillon ne sont vraiment majoritaires dans la société française. Crédité de 25 % des voix dans la plupart des sondages (en cette fin janvier), Fillon est le favori de l’élection. Or 25 %, c’est loin d’être un raz-de-marée. Ce sont pourtant de véritables pleins pouvoirs que le candidat des Républicains pourrait obtenir dans trois mois.

Car le quinquennat socialiste a laissé un tel champ de ruines politique dans les classes populaires que l’occasion paraît historique, pour la droite et le Medef, d’imposer au pays une « révolution conservatrice » dont ils n’osaient pas rêver jusque-là.

Le Parti socialiste s’effondre. Comme l’a dit malicieusement Mélenchon, « il perd même les élections qu’il organise lui-même ». Ses primaires n’ont attiré qu’un dernier carré d’électeurs fidèles, et même ceux-là ont utilisé majoritairement leur bulletin de vote pour coller une grosse gifle à Valls (qui aura finalement  piqué la « place du mort » à Hollande). Valls voulait une « clarification », il l’a, mais pas celle qu’il espérait. Elle pourrait bien aboutir à l’explosion du parti lui-même.

C’est dans cette configuration politique inédite, où Mélenchon et Macron « bouffent » le Parti socialiste par les deux bouts et où, surtout, l’électorat populaire est profondément désorienté et écœuré, que les institutions profondément anti-démocratiques de la Ve république pourraient donc assurer à la droite une victoire écrasante au final.

 

Un système profondément anti-démocratique

Car c’est le charme de la Ve République de transformer un grand parti bourgeois et gouvernemental, quand même minoritaire, en maître tout-puissant de l’Etat. Ses institutions ont été crées pour cela : le scrutin majoritaire à deux tours, l’absence de proportionnelle, les pouvoirs immenses du président, le 49.3 pour museler le parlement, le système des parrainages pour éliminer les « petits candidats », liste non exhaustive ! Ces cinq dernières années, elles ont permis à Hollande et Valls de gouverner, contre leur propre électorat et même leur propre majorité parlementaire, dans un isolement de plus en plus complet, entourés de leurs courtisans. Demain, si la droite gagne, elles lui donneraient peut-être  les pleins pouvoirs,  en représentant le quart de l’électorat (et bien moins encore de la société, du coup).

Forte de ces  25 % qui lui sont promis (Chirac se contenta lui-même de 20 % au premier tour de la présidentielle 2002, pour garder son trône à l’Elysée), la droite s’est sentie tellement sûre d’écraser la « gauche », globalement rétrécie et fatalement éclatée, au premier tour, puis Le Pen au second, que le cœur de son électorat s’est vraiment fait plaisir lors de sa primaire : les vieux riches se sont massivement mobilisés pour plébisciter le plus « sérieux », c’est-à-dire le plus violent, le plus forcené, des candidats. Ces primaires de droite furent tout le contraire de celles du PS en 2011 : alors, apeurée à l’idée que Sarkozy puisse repasser, toute une partie de l’électorat de gauche se précipita pour voter pour le presque plus à droite (après Valls), le rond, synthétique et centriste Hollande, au nom d’un délire hypertrophié du « vote utile ». Les vieux riches de droite, eux, dans leur infinie arrogance, se sont dit « tout est possible ! »

 

Le vote communautaire… catholique de droite

Cette primaire de droite vit même paraître au grand jour un curieux phénomène : le vote communautaire. Pas celui qui erre dans les fantasmes des plumitifs racistes, non, pas celui des musulmans, car un vote massif et concentré sur un parti et un seul des musulmans français, il n’y en a pas, justement. Mais un puissant vote communautaire des catholiques de droite. Les habitués de la Manif pour tous, aiguillés par l’association Sens commun, soutien officiel de François Fillon, sont allés voter par paroisses entières pour le châtelain de la Sarthe. Une force de frappe considérable, qui rappelle celle des « évangélistes » dans les primaires du parti républicain américain.

Ainsi, dans la France de 2017, il semble que l’on puisse s’emparer de l’Etat à la manière des holdings capitalistes, qui à partir d’un capital somme toute modeste peuvent contrôler une entreprise qui contrôle une plus grande et ainsi de suite… La mobilisation bourgeoisie catholique (et thatchérienne, car la charité chrétienne semble s’accommoder de la chasse aux pauvres chez ces gens-là) aura été un levier décisif pour donner à Fillon la primaire qui lui donnera, peut-être,  la présidence. Voilà ce que Fillon appelle « la confiance des Français »

Mais à propos de Ve République deux nuances s’imposent. D’abord, elle est une caricature mais non une exception dans l’univers des « démocraties » modernes, qui mériteraient plutôt d’être appelées « Etats oligarchiques de droit » pour reprendre une expression, qui a le mérite d’être précise, du philosophe Jacques Rancière. Des appareils de pouvoir au service des classes dominantes, dont le personnel politique professionnel et la haute bureaucratie sont liés par mille liens à la bourgeoisie et aux grandes entreprises, et qui sont placés par leur fonctionnement hors de tout contrôle véritable par les classes populaires. Leur bonne marche repose sur un refoulement permanent de l’activité politique de celles-ci, y compris l’abstention populaire. S’il y a une évolution, c’est que ces Etats deviennent de plus en plus oligarchiques, de moins en moins de droit.

 

Un cirque électoral usé, un système qui craque

Ensuite, toute efficace qu’elle puisse être pour remplir sa sale besogne antidémocratique, la Ve République est  à bout de souffle. Le bipartisme PS/droite, encore dominant en 2012, a laissé la place à un tripartisme incluant le FN dans les urnes, et maintenant le bloc socialiste éclate. Les primaires ont d’ailleurs été importées des Etats-Unis  pour renforcer le monopole des deux grands partis de gouvernement, en singeant des « alternatives » bien corsetées, en donnant aux électeurs un pré-choix entre des « personnalités » d’une même « famille », avec la complicité du système médiatique qui nous sature de ces riches « débats ». Ce cirque politico-médiatique a bien marché pour Hollande en 2011, pour Fillon en 2016… et déraillé pour le PS en janvier 2017. Quand le « bétail électoral » se rebiffe…  

Manifestement le système se craquelle. Et la droite a peut-être crié victoire trop tôt. Il a suffi de deux mois pour que le favori Fillon soit soudain fragilisé. D’abord, la population a découvert son programme ! Puis avec le « Penelopegate », elle a découvert le bonhomme qui le porte : un insupportable grand bourgeois qui, lorsqu’il ose tweeter en septembre 2012 qu’« il y a une injustice sociale entre ceux qui travaillent dur pour peu et ceux qui ne travaillent pas et reçoivent de l’argent public », sait de quoi il parle… Et voilà la situation politique qui semble de nouveau, un peu, ouverte.

Pour l’instant, cela semble malheureusement surtout profiter à des aventuriers réactionnaires comme Marine Le Pen ou, dans un tout autre registre, Emmanuel Macron. Mélenchon espère certes lui aussi en profiter. Mais pour faire quoi d’une percée électorale, au-delà du plaisir de punir à nouveau le PS dans les urnes en passant devant lui ? Et après ? Face au futur gouvernement à droite toute qui semble aujourd’hui sur les rails ? Plutôt que de nourrir trop d’illusions sur ce qui peut sortir de ce cirque électoral toujours plus pathétique, toujours plus rejeté, mieux vaut le dire et redire dès maintenant : la légitimité du prochain gouvernement, pour nous et des millions de gens, sera nulle.

L’avenir n’est pas écrit

De toute façon, le scénario électoral déprimant qui se profile aujourd’hui ne doit pas nous faire oublier que les rapports de forces électoraux, déformés en plus par des institutions anti-démocratiques, ne résument pas les rapports de forces politiques dans la société. Répétons-le : le programme ultralibéral de Fillon est minoritaire. La preuve, le candidat du sang et des larmes a déjà dû en ravaler un point important (confier les seules pathologies lourdes à la Sécu), avant de faire diversion en lançant deux ou trois ignominies sécuritaires et anti-immigrés.

La droite et le Medef voient bien ce paradoxe d’une éventuelle victoire électorale, qui donnerait tout pouvoir à un parti dont le programme sortirait pourtant tout cabossé des élections. Ils veulent donc frapper fort et vite pour imposer leur « réforme du pays » au pas de charge : des ordonnances, pendant l’été. Ils veulent profiter de la sidération post-électorale, avant que la population ne se réveille. Avant d’éventuelles mobilisations sociales. Car ils les redoutent, ces mobilisations, ils les anticipent, malgré leur mépris affiché pour « la rue », les « minorités violentes », les « syndicats qui ne représentent plus grand monde ».  Ils n’ignorent pas qu’ils pourraient tomber sur des réactions massives et déterminées, dans la grève et dans la rue, face à leur programme. 

Notre beau mouvement contre la loi Travail sonne comme un avertissement pour eux. Et un encouragement pour nous.

Puisque Marine Le Pen trouve en Trump un modèle, puisque Fillon rêve de jouer à la révolution conservatrice de Reagan, regardons-nous aussi de l’autre côté de l’Atlantique. Des millions de personnes ont manifesté pour gâcher la fête d’investiture de Trump. Révoltés, souvent déçus aussi par huit ans de pouvoir démocrate, se sentant peut-être au pied du mur aussi, des millions se lèvent là-bas, une nouvelle vague d’organisation, de militantisme et de luttes, s’annonce peut-être.

C’est cela le véritable espoir pour que le racisme et la purge antisociale qui menacent de triompher dans les urnes en mai 2017 soient renvoyés dans leurs poubelles. C’est dans cet esprit que le NPA présente la candidature de Philippe Poutou, non pour jouer à la « perspective électorale » (c’est là un de nos désaccords, pas le moindre, avec Jean-Luc Mélenchon), mais pour défendre un programme de luttes.

 

Yann Cézard