Misère de la Théorie. Contre Althusser et le marxisme anti-humaniste

Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

Edward P. Thompson, Éditions l’Échappée, 2015, 19 euros. Acheter sur le site de La Brèche.

La publication de la traduction française de ce livre est une bonne nouvelle pour toutes celles et ceux qui se sont battus et se battent pour une renaissance d’un marxisme vivant, en rupture avec ses caricatures staliniennes ou maoïstes, sa négation même.

Ce livre est une aide précieuse pour démonter les raisonnements idéalistes, dogmatiques, d’Althusser, membre du Parti communiste dans les années 70, qui faisait référence auprès des intellectuels maoïstes. Riche de verve et d’ironie, ce livre écrit en 1978 contribue efficacement à redonner au marxisme son contenu matérialiste, contestataire, révolutionnaire face à la norme imposée par les intellectuels staliniens ou maoïstes. Avec eux, le marxisme est resté dans la continuité de la théorie d’État qu’il était devenu, une pensée normative qui ne tire pas sa force des combats réels des exploitéEs, mais voudrait imposer sa loi prétendument scientifique aux événements.

Edward P. Thompson (1924-1993) fut membre du parti communiste anglais à partir de 1942 et rompit avec lui en 1956 sans pour autant rejoindre l’opposition trotskyste. Intellectuel marxiste militant, il se fit connaître par son livre la Formation de la classe ouvrière anglaise publié en 1963, que Hobsbawm compara à un « volcan en éruption ». Une mise en œuvre pratique d’une volonté de faire vivre la pensée marxiste, loin d’un économisme et d’un déterminisme étroit, pour réhabiliter une dimension empirique, pratique, à strictement parler historique.

On retrouve dans sa critique d’Althusser la vigueur d’une pensée qui se veut intimement liée à la vie réelle des luttes dans toutes leurs dimensions y compris les plus quotidiennes. Ce sont bien les hommes qui font leur propre histoire. Thompson aura d’ailleurs tendance à préférer se revendiquer du « matérialisme historique » plutôt que du « marxisme » pour se démarquer de tout fétichisme ou de toute référence religieuse ou idolâtre.

Humaniste, libertaire, oui, s’il s’agit d’élaborer une critique du capitalisme qui soit indissociable de la liberté et de l’émancipation humaine. Ce combat n’en est encore qu’à ses prémices, un long et difficile combat dont atteste le temps qu’il a fallu pour que les œuvres majeures de Thompson soient publiées ici. Une œuvre critique et polémique indispensable pour que les idées du matérialisme historique conquièrent leur contenu affranchi, contestataire et révolutionnaire, afin d’être à même de retrouver le chemin des luttes de classes réelles...

Yvan Lemaitre

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.