Les gouvernements « progressistes » à bout de souffle

Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

-A +A

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

International
idées

Par Jean-Philippe Divès 

Les situations nationales sont différentes, comme l'ont été les processus politiques. Certains se sont produits à froid, dans un strict cadre d'alternance électorale au sein d'une institutionnalité inchangée – même s'ils constituaient une réponse à une très grand crise nationale (Argentine) ou arrivaient comme effet différé d'une période d'affirmation du mouvement ouvrier et populaire (Brésil). D'autres, quoique toujours conclus sur le plan électoral, se sont développés dans le cadre de mobilisations massives, marquées parfois de traits insurrectionnels (Venezuela, Bolivie, Equateur).

Dans le second cas, des confrontations sérieuses ont eu lieu avec les forces soutenues par l'impérialisme états-unien, et des mouvements aux traits révolutionnaires ont conduit à des changements de régime – sans que la propriété privée capitaliste ne soit toutefois remise en cause, ni jamais sérieusement menacée. Il reste que les mots « révolution » et « socialisme » ont fait leur retour sur le devant de la scène. Hugo Chávez est allé jusqu'à affirmer l'objectif d'un « socialisme du 21ème siècle » et l'on a vu le terme de « révolution citoyenne » rencontrer un écho au-delà des frontières de l'Equateur.

 

Une voie capitaliste indépendante ?

Quels que soient leurs caractéristiques et leurs politiques particulières, les gouvernements dits progressistes ont en commun une tentative de suivre une voie capitaliste indépendante, ou plus indépendante de l'impérialisme états-unien, en s'appuyant sur les organisations majoritaires de la classe ouvrière (en particulier syndicales) et des secteurs populaire (paysans, indigènes et autres).

Pour cela, tous ont fait des concessions, débouchant sur des améliorations pour au moins certaines catégories de la population exploitée. Le PT de Lula et Dilma Roussef, dont l'orthodoxie néolibérale sur le plan économique peut difficilement être niée, a ainsi permis à des millions de Brésiliens les plus pauvres de pouvoir simplement manger ; du social-libéralisme avec du social, en quelque sorte – au contraire des
« socialistes » européens.

Mener de telles politiques sans toucher aux structures de l'économie et de la société n'a cependant été possible que parce que la période s'y prêtait, avec le boom mondial des matières premières, la demande d'un pétrole qui se raréfie, les immenses besoins de la Chine. Pour y répondre, les gouvernements ont renforcé les logiques extractivistes, d'exportation de produits de base ; ce qui, à l'inverse de leurs objectifs affirmés, a conforté les situations de capitalisme dépendant.

 

Une phase nouvelle

Mais la crise économique mondiale a fini par toucher aussi l'Amérique latine. A quoi s'ajoutent les contradictions propres aux « modèles » mis en place, ainsi que l'impatience croissante des travailleurs et des secteurs populaires devant des changements promis qui tardent à se matérialiser. C'est dans ce contexte que les vieux problèmes – en particulier l'inflation et la dette – reviennent, et que de grandes mobilisations se développent à nouveau mais, cette fois, en s'affrontant de plus en plus directement aux gouvernements en place.

Cela se produit dans une région du monde qui a une longue tradition de lutte, où une classe ouvrière forte et nombreuse existe, notamment dans les deux pays centraux, Brésil et Argentine, et où interviennent des courants et organisations révolutionnaires (en l'occurrence trotskystes) qui regroupent des milliers de militants et ont une influence dans des secteurs de masse... Raison de plus de s'en préoccuper.