Jazz : Shadow Theater

Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

De Tigran Hamasyan, CD, Verve / Universal, 12 euros

Le génocide arménien et la tentative d’éradication d’une culture millénaire a débuté il y a maintenant 100 ans en avril 1915. Loin du folklore, Tigran Hamasyan, jeune pianiste novateur, explore toutes les formes d’une musique contemporaine arménienne.

Moyen-Orient de fantasmes ou jazz débridé, Tigran se frotte à toutes les influences pour les dépasser. Rock, pop, jazz ou électro, son Shadow Theater nous amène aussi vers le Big Sur californien avec son Lament. À travers son théâtre d’ombres, Tigran se joue en fait des carcans stylistiques pour aller débusquer l’émotion sur les crêtes musicales les plus difficiles. Son quintet rivalise avec les séductions orchestrales arméniennes grâce à l’utilisation des voix et de divers claviers, tandis que l’assaut furieusement rythmique de The Court Jester ne peut faire oublier la poésie de la ballade onirique The year is gone.
Avec Shadow Theater, vous savez pourquoi vous achetez un CD plutôt que de télécharger. À chaque morceau correspond une illustration glissée dans la pochette. Le voyage peut commencer…

Sylvain Chardon

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.