Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

 

Lire en ligne

ÉDITORIAL

La révolution d’Octobre 1917 ne fut pas seulement une révolution dans les domaines économique et politique, mais aussi un bouleversement de toute la société.

La classe ouvrière et le mouvement ouvrier. Avec Jean-Philippe Divès. La paysannerie et la question agraire. Avec Emmanuel Barot

Avec la révolution d’Octobre, de nombreux artistes voient la possibilité de construire une société nouvelle et un rapport nouveau à la culture, ainsi que la perspective de mettre en œuvre la théorie d’un art global.

Les principaux responsables bolchéviks avaient lu ou du moins connaissaient les thèses de Marx et Engels sur la famille « bourgeoise » comme lieu de transmission de la propriété privée et de l’oppression des femmes.

À leur arrivée au pouvoir, les bolchéviks durent faire face à une situation sociale dramatique qui les contraignit à régler en urgence d’immenses difficultés pour assurer la survie de populations menacées par la misère, la famine, la guerre et le développement des épidémies....

Certains de nos lecteurs pourront citer pratiquement par cœur ces lignes magistrales, extraites de la préface du premier volume de l’Histoire de la révolution russe. D’autres sans doute ne les connaîtront pas encore.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.