Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

Extrait de Ernest Mandel, « Leçons de Mai 68 », les Temps modernes, juillet 1968. 

En permettant la jonction du mouvement étudiant et du mouvement ouvrier, la manifestation du 13 mai donna à ce dernier une nouvelle confiance en ses forces, ce qui aboutit à la plus grande grève générale que la France ait jamais connue.

L’explosion sociale de mai-juin 1968 ne fut pas un coup de tonnerre dans un ciel serein.

Le Parti communiste tchéco­slovaque (PCT) avait subi, comme ceux de Hongrie ou de Pologne au début des années 1950, les procès et purges staliniennes...

Le 3 mai 1968, sur demande du recteur, les forces de police pénètrent dans la Sorbonne pour évacuer plusieurs centaines d’étudiantEs réunis dans la cour. Plusieurs d’entre eux sont arrêtés.

Sur le campus de Rouen, où les facultés sont occupées depuis plus d’une semaine, le 16 mai 1968, de jeunes salariés de l’usine Renault de Cléon viennent apporter la nouvelle : la grève avec occupation vient d’être décidée et la direction est séquestrée.

Alain Pojolat, 20 ans, salarié de la BNP à Paris.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.