Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

Mise en œuvre dès le mois de juillet à Petrograd (Saint-Pétersbourg), à Moscou et dans d’autres villes, la « Terreur rouge » a été officialisée à l’échelle de toute la Russie par un décret en date du 5 septembre 1918 du Comité exécutif central des soviets, appelant à « isoler les ennemis de...

Cet article reprend une grande partie du texte d’Anna Libera et Charles-André Udry publié pour la première fois dans Inprecor le 23 mai 1988, puis en juillet-août 1998, et enfin en 2008.

Dès le début des années 1930, les marxistes révolutionnaires sont confrontés à un défi : l’outil créé au lendemain d’Octobre 1917, l’Internationale communiste, a été transformé en une succursale de la diplomatie stalinienne, ayant « purgé » les partis nationaux, trahi les montées...

La fondation de IVe Internationale n’est pas que l’avènement d’une nouvelle structure : c’est aussi l’issue d’un processus de lutte politique de plus de quinze année, menée par Trotsky et l’Opposition de gauche, dans les partis communistes et la IIIe Internationale (IC...

La prise du pouvoir par Hitler, en janvier 1933, amena Trotsky à mettre à l’ordre du jour la création d’une nouvelle internationale, non seulement parce que la politique menée en Allemagne par la IIIe Internationale avait démontré la faillite de la bureaucratie stalinienne, mais...

En vue du congrès de fondation de la Quatrième Internationale en 1938, Léon Trotsky va rédiger un document essentiel : « L’agonie du capitalisme et les tâches de la IVe Internationale », connu comme « Programme de transition ». 

La séance plénière du congrès de fondation a eu lieu sur une seule journée, le 3 septembre 1938, dans le pavillon-grange appartenant à Alfred Rosmer, à Périgny dans la banlieue parisienne – bien que pour des raisons de sécurité il a été dit pendant un certain temps qu’il s’était tenu à...

Deuxième entreprise à entrer en lutte en Mai 68, Renault Cléon fut l’une des dernières à reprendre le travail, le 17 juin. Après 34 jours de grève, c’est dans une ambiance houleuse que la décision fut prise.

Dès le lendemain de l’évacuation de la Sorbonne du 3 mai 1968, le Mouvement d’action universitaire (MAU), créé par des anciens militants de l’UNEF de la Sorbonne, est le premier à appeler dans un tract à la formation de comités d’action (CA).

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.