L’esclavage aux Antilles françaises

Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

Si les îles des Antilles représentent le paradis pour les vacanciers rêvant de séjour au soleil, de farniente et de mer chaude, elles ont été en réalité un véritable enfer durant des siècles pour les populations exploitées sur les plantations : Indiens caraïbes massacrés, Européens soumis au travail forcé, Africains déportés et réduits en esclavage. 

Ces îles étaient habitées lorsque les conquérants européens sont arrivés. Les Indiens caraïbes venus d’Amérique centrale y vivaient depuis des lustres. La colonisation des terres eut pour conséquence des massacres généralisés, les Amérindiens ayant été quasiment tous exterminés.

Pour développer les plantations il fallait de la main-d’œuvre. Les colons l’ont d’abord trouvée en Europe, en faisant miroiter à de pauvres gens une vie meilleure s’ils venaient travailler sur leur plantation, où ils étaient transformés en esclaves temporaires. Puis, lorsque les exploitations prirent de l’ampleur, les colons n’ont pas hésité à s’immiscer dans le commerce d’esclaves existant en Afrique, déportant des millions d’hommes, de femmes et d’enfants pour produire sur des terres situées à des milliers de kilomètres de leur pays.

Les colons n’ont certes pas inventé l’esclavage. Il existait depuis des siècles en Afrique et dans les pays arabes. Mais les Européens l’ont effectué à une échelle industrielle. Cette exploitation esclavagiste a enrichi des grandes familles de métropole dont certaines règnent encore sur les plantations et l’industrie des Antilles. Des régions entières comme la Guadeloupe, la Martinique, Haïti ou encore la Réunion ont été formées à partir de millions d’esclaves importés de force pour y travailler, et cette histoire les marque de façon indélébile.

 

La France veut sa part du gâteau

Après la découverte de l’Amérique par Christophe Colomb en 1492, les souverains espagnols et portugais se partagent le Nouveau Monde (traité de Tordesillas) sous l’égide du pape. Les Espagnols bénéficient de tout le continent américain excepté le Brésil, qui sera découvert un peu plus tard et attribué aux Portugais, auxquels est également laissé le continent africain.

Au cours du 16e siècle les Espagnols, occupent les grandes îles des Antilles : Hispaniola (Haïti et Saint Domingue actuels), Cuba, Porto Rico. Ils y pratiquent l’exploitation minière, l’élevage, la culture du tabac et du sucre, et utilisent des esclaves africains. Mais ils délaissent les petites Antilles. Fascinés par le mirage des richesses de l’Eldorado, les Espagnols vandalisent le continent sud-américain et les Portugais prospectent le Brésil à la recherche de métaux précieux. Les grandes îles servent de lieu de rassemblement des navires chargés d’or, les petites étant utilisées pour l’approvisionnement des galions en route pour le Mexique.

Mais la perspective de la découverte de fabuleux trésors aux Amériques attise évidement les convoitises. François 1er est vexé d’être tenu à l’écart de ce partage du nouveau monde prometteur de richesses. « Le soleil chauffe pour moi comme pour les autres, et je désire fort voir le testament d’Adam pour savoir comment celui-ci avait partagé le monde », aurait-il déclaré à Charles Quint. Des expéditions tentent de s’installer en Amérique du nord, comme celles de Jacques Cartier, les Espagnols n’ayant pas les moyens de contrôler l’immensité de leurs territoires. Aux Caraïbes, c’est le règne de la flibuste. Les corsaires français font la chasse aux navires espagnols chargés d’or. Ils commercent avec les Amérindiens (textiles, armes, alcool, outils contre tabac, bois, vanneries, vivres). Les relations sont plutôt pacifiques entre ces étrangers navigateurs et les occupants des îles. 

 

Les premiers comptoirs coloniaux

En 1626, Richelieu décide de soutenir l’initiative de flibustiers de coloniser l’île de Saint-Christophe proche de la Guadeloupe. Il fonde une compagnie, association de négociants qui y investissent, bénéficiant du monopole du commerce entre la France et l’île : elle seule est en droit d’approvisionner la colonie pour tout ce qui lui est nécessaire et de rapatrier ce qui y est produit. Il s’agit alors de s’installer sur les îles pour y créer des colonies, ce qui nécessite une main-d’œuvre suffisante pour produire. A partir de ce comptoir, d’autres îles comme la Guadeloupe, la Martinique, Sainte-Lucie ou Saint-Martin sont également occupées et les compagnies vont se multiplier. Cela provoque des conflits avec les Indiens caraïbes qui sont finalement massacrés.

L’Etat soutient financièrement ces installations en assurant leur approvisionnement, mais également militairement, car la compétition avec les Espagnols, les Hollandais et les Anglais provoque des batailles incessantes. Il incite les flibustiers à se reconvertir en planteurs. « L’objectif du roi de France reste la conquête des terres à métaux précieux en Amérique du Sud contrôlées par les Espagnols et dans un premier temps d’occuper les îles qui y donnent accès. Il s’agit de peupler ces colonies dans une future perspective militaire. »1

 

Le peuplement des colonies

Les conditions de vie des premiers colons sont difficiles : maladies, malnutrition, conflits avec les Amérindiens. Ils développent une agriculture vivrière imitée de celle des Indiens. Puis s’ajoutent les plantations de tabac venues également des Indiens, une plante qui peut être échangée contre des produits manufacturés européens. Dans un premier temps, les colons veulent réduire en esclavage les Amérindiens. Mais l’opération est rendue difficile car la population est décimée par les maladies importées d’Europe et les massacres. De plus les colons se plaignent car les Caraïbes « refusent de cultiver la terre, considérant que cette tâche ingrate est réservée aux femmes »2. Ils connaissent également bien la région et peuvent facilement s’échapper et se cacher. 

Les colons entreprennent de convaincre (parfois en les embarquant de force) des paysans ou des artisans de venir s’enrichir dans les îles. Dans l’incapacité de payer leur voyage aux Antilles, les émigrants français s’engagent à servir : en échange de la gratuité de leur traversée, ils devront travailler gratuitement sur les colonies durant trois ans. Ces « engagés » s’embarquent dans les ports français (Nantes, La Rochelle ou Bordeaux, mais aussi Dieppe, Saint Malo ou Le Havre). Ce sont des sortes d’esclaves temporaires sur lesquels les propriétaires possèdent tous les droits, y compris celui de les vendre. A la fin des trois ans, ils reçoivent le montant de leur voyage de retour et peuvent choisir de s’installer pour travailler sur une plantation contre un salaire ou d’en fonder une nouvelle.

Durant cette période du milieu du 17e siècle, où domine l’emploi des « engagés » (appelés également les « 36 mois »), les plantations de tabac se généralisent. Cette culture s’exerce sur de petites surfaces et nécessite une main-d’œuvre réduite de trois ou quatre personnes. Le tabac est en effet considéré en Europe comme un médicament et l’engouement général pour ce produit entraîne un développement effréné de sa culture, notamment en Virginie.

Mais la surproduction qui en résulte engendre la crise et l’effondrement des prix, d’autant que le pape interdit sa consommation. Il devient alors moins rentable de le cultiver et la production du sucre, beaucoup plus lucrative, le remplace.

L’exploitation sucrière nécessite une main-d’œuvre nombreuse et permet de cultiver des grandes plantations, ce qui signe la fin des petites propriétés. Les engagés européens ne suffisent pas. Les colons se tournent donc vers l’exploitation des esclaves. Si les esclaves africains existaient déjà sur les plantations, ils restaient peu nombreux, provenant de prises dans les îles voisines ou d’arraisonnements de bateaux négriers espagnols. Le pouvoir royal interdit l’esclavage et c’est d’abord en toute illégalité que les grands propriétaires s’engagent dans la traite négrière, que la monarchie finit par encourager.

 

Le commerce triangulaire

Les colons connaissaient l’esclavage des Africains aux Antilles, introduit par les Espagnols. Les Africains étaient appréciés pour leur résistance aux maladies mais surtout, déportés à des milliers de kilomètres de chez eux, ils étaient plus faciles à contrôler que les Amérindiens.

Depuis le 16e siècle, des navires de négociants français pratiquent le commerce sur les côtes africaines. Ils achètent également des esclaves qu’ils vont vendre dans les îles caraïbes espagnoles. A la fin du 17e siècle, l’explosion de l’industrie sucrière intensifie la traite négrière, notamment en direction du Brésil pour le Portugal, de la Jamaïque pour l’Angleterre ou de Saint-Domingue pour la France. Le commerce triangulaire se met en place. Les navires sont chargés de marchandises dans les ports français, qui sont échangées contre des esclaves en Afrique de l’Ouest. La cargaison de captifs est ensuite amenée aux Antilles pour y être vendue, les bateaux retournant en France chargés de produits coloniaux.

Les négriers ne pratiquent pas de razzias dans les contrées africaines pour embarquer des prisonniers. Ils les achètent sur la côte à des sortes des négociants africains qui rassemblent les captifs venus de l’arrière-pays. Ils les échangent contre des armes y compris à feu, du vin, de l’alcool, des métaux, des textiles, des produits de luxe, dont profitent donc les élites africaines. Des comptoirs dédiés au trafic sont développés sur les côtes africaines, comme l’île de Gorée ou Saint-Louis au Sénégal. Les navires négriers proviennent des ports français comme Le Havre, La Rochelle, Bordeaux, ou surtout Nantes qui devient la capitale de la traite. Les déportés sont entassés à près de 300 et enchaînés dans les cales (le plus gros chargement a pu transporter jusqu’à 1020 esclaves). La mortalité est importante durant le voyage qui dure près d’un mois dans des conditions épouvantables.

 

La traite négrière

A la fin du 16e siècle, la traite est interdite en France. Un navire voulant vendre une cargaison d’esclaves à Bordeaux avait vu ses captifs libérés par le Parlement de la ville, l’esclavage étant banni dans le royaume de France. Au 17e siècle, la production sucrière puis celle du café, nouveau produit auquel la monarchie a pris goût, rapportent au pouvoir royal des revenus considérables. Le monarque abandonne alors ses règles médiévales et encourage les productions coloniales et donc la traite négrière.

Les colonies restent sous contrôle du souverain. Il leur est interdit de produire des denrées ou des produits manufacturés qui concurrenceraient la production des marchandises de métropole. Elles peuvent uniquement exporter des denrées que la France ne produit pas : sucre, café, indigo, cacao. Au 18e siècle, le développement de la production est tel que la France devient le premier exportateur mondial de ces produits. La valeur de la production des Antilles françaises dépasse de plus de 40 % celle des possessions anglaises dans les Caraïbes3.

La traite négrière prend alors des proportions considérables. En à peine deux siècles, plus de 11 millions d’Africains sont chargés sur les navires négriers, 9,5 millions survivant à la terrible traversée. La France aurait en outre transporté environ 1,5 million de déportés, le Portugal 5 millions, l’Angleterre 3 millions4. Plus la production s’intensifie, plus le nombre d’esclaves s’accroît. En 1654, 80 % de la population des Antilles françaises, dont deux tiers de serviteurs, est d’origine européenne. En 1788, la proportion d’Européens s’est effondrée : 405 000 esclaves pour 27 000 européens à Saint-Domingue, 73 000 pour 10 000 en Martinique, 84 000 pour 13 000  en Guadeloupe.

Les négriers sélectionnent en priorité des hommes grands et en bonne santé, aptes à travailler sur les plantations. Mais ils achètent également des femmes et des enfants. Ces ponctions de la population africaine sur une courte période (11 millions de personnes en à peine deux siècles) ont des conséquences dramatiques pour l’Afrique. 

 

L’esclavage accepté et réglementé par le pouvoir

Arrivée dans les îles, la cargaison de déportés est vendue aux colons. La grande majorité des captifs sont achetés par les planteurs, qui ont besoin de main-d’œuvre pour cultiver leurs plantations. Mais les esclaves sont aussi utilisés comme domestiques, certains comme artisans ou manutentionnaires dans les ports.

Le maître a tout pouvoir sur les esclaves. Dans les plantations, il les fait travailler dans des conditions inhumaines. Le fouet est utilisé quotidiennement, notamment comme réveil-matin. La torture est courante, ainsi que l’emploi de chaînes. En cas de fuite le captif a l’oreille coupée et est marqué d’une fleur de lys sur l’épaule, en cas de récidive il a le jarret coupé ou est exécuté. La cruauté des maîtres est sans limite. Ils ont le droit de vie et de mort sur les esclaves et peuvent les vendre. Pas de famille, puisque les femmes ou les enfants peuvent être vendus, et les mariages ne sont tolérés qu’avec l’accord du propriétaire.

Les conditions d’hébergement dans des cases sont précaires et la nourriture en qualité et en quantité insuffisantes : manioc, banane, racines, morue, viande salée. Le travail dans les sucreries est très dangereux (accident sur les moulins broyant la canne pour en extraire le jus) ou très pénible (entretien du feu pour la distillation). L’Eglise apporte un soutien sans faille à l’esclavage. Les captifs doivent être baptisés. Lors des messes obligatoires, le prêtre exhorte les fidèles africains à l’obéissance et au respect du maître.

Les esclaves tentent de résister en ralentissant le travail, en se mutilant, en empoisonnant le bétail ou les propriétaires, en incendiant le domaine. Les femmes enceintes avortent. Des esclaves réussissent à s’enfuir et à se réfugier dans les forêts (le marronnage). Et en fin de compte, à se révolter.

L’Etat royal met en place le « code noir ». Il s’agit de règlementer les conditions de l’esclavage, d’établir les obligations du maître et non de donner des droits aux esclaves. Le pouvoir royal s’est en effet rendu compte que la seule répression ne suffit pas pour contenir la population servile et que les abus des colons sont à l’origine de nombreuses résistances des esclaves. Ils sont considérés comme des objets, des « bien meubles » dont le maître dispose à sa guise.

 

Des conséquences
sociales profondes

Au début de la colonisation, ce sont principalement des hommes qui débarquent, afin d’effectuer des travaux pénibles : défrichement, construction de places fortes, bataille avec les Amérindiens. Le très faible nombre de femmes blanches entraîne le métissage avec des Amérindiennes. L’arrivée des esclaves africains amplifie le phénomène, les maîtres s’accouplant avec des captives. Les enfants métisses (désignés par le terme péjoratif de « mulâtres ») sont considérés esclaves selon la condition de leur mère. Si le colon se marie, l’épouse et l’enfant sont déclarés libres de couleur. Des propriétaires ont aussi tendance à affranchir leurs enfants métisses ou leurs esclaves méritants. Entre les deux classes des Blancs esclavagistes et des Noirs esclaves, se développe une nouvelle classe de « libres de couleur » qui prend de plus en plus d’importance.

Alors qu’au 17e siècle il n’y avait aucune distinction entre les hommes libres, qu’ils soient blancs ou de couleur, les droits des libres de couleur seront restreints. Le préjugé de couleur va se généraliser. Il leur est interdit d’exercer certaines professions (chirurgien, boulanger, orfèvre), de porter l’épée, de se faire appeler monsieur. Ils ont des places séparées dans les églises, les cimetières, ont des écoles distinctes.

Ce sont les Blancs d’origine qui possèdent les grands domaines produisant les denrées d’exportation, les libres de couleur cultivant de plus petites exploitations sur des terres moins fertiles. Ce sont les colons blancs qui occupent les postes les plus honorifiques. Bien que les libres de couleur ne soient pas esclaves, on leur attribue un statut inférieur aux Blancs.

La monarchie voit d’un mauvais œil le développement de cette nouvelle classe. Elle craint que les Blancs ne s’allient avec elle pour obtenir leur indépendance du royaume. Les colons blancs se rallient à ces préjugés leur permettant de conserver leurs privilèges. Ils traitent cette classe inférieure d’oisifs et de fainéants, bien que les libres de couleur prennent une part de plus importante dans l’économie des colonies. Cette discrimination basée sur la couleur de peau, à l’origine du racisme que l’on connaît aujourd’hui, entraîne un fort mécontentement des mulâtres. Ils seront partie prenante de la révolution d’Haïti, « la perle des Antilles », lors de la révolte servile. 

Patrick Bresson

 

  • 1. Frédéric Régent, « La France et ses esclaves, de la colonisation aux abolitions », Fayard, collection Pluriel, 2017.
  • 2. Frédéric Régent, op. cit.
  • 3. Bouda Etemad, « De l’utilité des empires », Armand Colin, 2005.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.