Exposition : 60e Salon de Montrouge

Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

Du 5 mai au 3 juin au Beffroi à Montrouge (92)

Rendez-vous très attendu de la scène artistique de plus en plus européenne, le Salon de Montrouge est depuis 60 ans cette année le découvreur et promoteur de créateurs émergents. 60 exposants seulement pour marquer l’événement : néanmoins nul retour rétrospectif sur les brillantes découvertes du passé, mais comme tous ans de nouveaux talents à découvrir.

Aucune exclusive : tous les sujets sont abordés, de l’intime au paysage et à la rue, tous les médias représentés : de la toile au numérique, de la performance à l’œuvre collective, tous les styles proposés avec une présence très actuelle de la nouvelle peinture figurative : Marion Bataillard, Jean de Sagazan, Vincent Gautier, François Malingrey. Peinture encore avec l’invité d’honneur, Jean-Michel Alberola, en attendant son exposition personnelle en 2016 au Palais de Tokyo, enfin.

Tremplin très recherché par les artistes, à l’issue d’une sélection exigeante par un Conseil critique provenant du monde de l’art au sens large, c’est aussi une visibilité par un large public amateur ou professionnel (14 000 visiteurs l’an dernier), une médiatisation assurée, un accompagnement des artistes avant le salon, et un gage de suite.

Au mois de mai et gratuit, c’est au Beffroi à Montrouge, ainsi que cette année dans divers lieux d’expositions, événements et soirées hors les murs, en association avec la Fondation Culture et Diversité. À ne pas rater.

Ugo Clerico

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.