Essai : Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels. 1968-2013.

Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

Ce document inédit permet de découvrir une mouvance politique atypique sur près d’un demi-siècle. Le lecteur y croisera des courants de la gauche communiste, qui élaborent maints textes théoriques, mais aussi toute une constellation de groupuscules et d’individus inorganisés, incontrôlés, spontanéistes, casseurs et provocateurs de tout acabit. Toute une frange de militants est concernée par cette étude, des extra-légaux, émeutiers insurrectionnalistes, autonomes, dont certains pratiquent et enseignent leur savoir-faire en matière de sabotage, d’autoréductions et expropriations de banques.
De nombreux extraits de textes issus des documents de l’époque permettent de cerner les pratiques et objectifs de chacun. Le tout est structuré en 8 chapitres, évoquant les mobilisations de la jeunesse, les manifestations célébrant le 1er mai, des mouvements de luttes en Espagne, Allemagne, etc.
Des annexes permettent d’accéder à un précieux index des structures concernées, notamment une présentation du mouvement autonome. Elles offrent d’ailleurs des surprises, y compris pour les connaisseurs. En outre, une présentation des services d’ordre des organisations d’extrême gauche permet de savoir qui a été le plus concerné dans le cadre de ­confrontations physiques avec les autonomes et autres, qui combattent toujours « l’extrême gauche du capital ». Le texte est agrémenté par une trentaine d’illustrations, dont la couverture, certes accrocheuse, mais qui n’est pas représentative de l’ensemble de ces courants qui se sont trompées à 99 %, mais il n’en demeure pas moins qu’ils ont bien existé, en marge des partis réformistes et de l’extrême gauche à une certaine époque.
Bref, un gros travail de recherches effectué par un auteur que l’on connaissait plutôt pour ses trois dictionnaires consacrés aux extrêmes droites et à leurs passerelles.

Sophie

Essai : Ultras-gauches. Autonomes, émeutiers et insurrectionnels. 1968-2013.
Jacques Leclercq, éditions l’Harmattan, 2013, 29,50 euros

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.