Essai : L’Or des images. Art - Monnaie - Capital d’Isabelle Garo

Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

Spécialiste reconnue de Marx et co-animatrice du trimestriel ContreTemps, l’auteure s’alarme de la mainmise de plus en plus envahissante du capital et des industries culturelles sur les arts, visuels et audiovisuels particulièrement. L’art et l’or ont souvent fait bon ménage, montre-t-elle, mais jamais à ce point. Isabelle Garo met en évidence les éclairages offerts par Marx, qui ne s’est jamais soucié de bâtir une « esthétique » mais n’a cessé de se préoccuper de ces sujets, plaçant même les arts parmi les plus hautes activités où se puisse se réaliser l’émancipation intégrale des facultés humaines. S’il ne faut pas désespérer du potentiel révolutionnaire de l’art, c’est que la « loi de la valeur » ne peut s’appliquer totalement à ce qu’ont d’inestimable les œuvres de l’esprit, et qu’une infinité d’artistes échappe à la dictature du marché. Isabelle Garo en appelle pour finir à un « nouvel art engagé ».

Gilles Bounoure 

Essai : L’Or des images. Art - Monnaie - Capital d’Isabelle Garo
La Ville brûle, 25 euros.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.