Essai : Le Droit de savoir

Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

Le journalisme indépendant du pouvoir et de l’argent dérange. Edwy Plenel avait déjà été traité d’agent de la CIA et d’infiltré trotskyste  — il avait milité à la LCR pendant les années 1970 — par l’entourage de Mitterrand. Mediapart, le journal en ligne participatif qu’il a créé en 2008 avec une équipe de jeunes journalistes, a été qualifié sous Sarkozy, d’officine aux méthodes fascistes et de repère de calomniateurs. Sous la gauche gouvernante, les révélations sur le compte occulte en Suisse du ministre du Budget ont suscité des dénigrements équivalents...
En France,  constate Plenel dans ce beau petit livre combatif,  le droit de savoir relève d’une guérilla permanente contre toutes sortes d’embûches et d’entraves des pouvoirs.  Surtout quand il s’agit de briser l’omerta des secrets d’argent, c'est-à-dire les affairismes sans scrupules, la fraude fiscale et le rôle des paradis fiscaux. La prédation est devenue le ressort d’un capitalisme rapace, un adversaire, constate-t-il qui est « déloyal,  fourbe et dissimulé,  violent et puissant, sans frontières et sans états d’âme, tout comme l’est le crime organisé ».  
Les dérégulations ultralibérales des gouvernements réactionnaires et  les pusillanimités des gauches gouvernantes ont crée un climat de lâcheté et d’indécence, de renoncement des États et d’arrogance des oligarques. Dans ce contexte se manifeste, sans retenue, « l’obscénité du pouvoir de l’argent, son avidité, sa brutalité, sa vulgarité ». Comme on l’a vu lors des affaires Bettencourt et Cahuzac,  l’information libre est constamment menacée par ce pouvoir et par deux ennemis intimes : le journalisme de gouvernement et la presse d’industrie.
En conclusion de son livre, l’auteur rend hommage à Jean-Pierre Vernant,  historien et résistant, resté fidèle à un communisme critique, selon lequel « le vrai courage c’est (…) de ne pas céder,  ne pas plier,  ne pas renoncer.  Être le grain de sable que les plus lourds engins,  écrasant tout sur leur passage,  ne réussissent pas à briser ».

Michael Löwy

Essai : Le Droit de savoir
Edwy Plenel, Paris,  Don Quichotte éditions, 2013, 14 euros

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.