Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

Le dossier de ce numéro porte sur divers aspects de la situation économique, sans en couvrir l’ensemble de façon exhaustive (la question de la Chine n’est ainsi abordée que très rapidement).

Il y a parmi les marxistes révolutionnaires des différences d’interprétation quant aux ressorts fondamentaux de la crise économique qui perdure depuis 2008, mais dans un cadre d’analyse et sur la base de constats qui sont communs.

Le prix du pétrole sur le marché mondial est passé de 115 dollars le baril en juin 2014 à 46 dollars en janvier 2015. Cette évolution s’inscrit dans le contexte de la  crise qui frappe la mondialisation capitaliste et l’exploitation des ressources non renouvelables.

Le rétablissement du capitalisme a produit un effondrement de l’économie russe dans les années 1990, le PIB chutant de plus de 40 %. Les conséquences sociales ont été catastrophiques. Les fermetures d’entreprises non adaptées à la concurrence capitaliste mondiale se sont multipliées.

Depuis le plongeon de 2009, les taux de croissance d’avant crise ne sont jamais revenus. Une condition d’un redémarrage de l’économie est son désendettement. Or, à l’échelle mondiale, il n’a pas eu lieu.

Plus de six ans après le début de la crise, la croissance mondiale (autour de 3% en 2014) n’a pas retrouvé son niveau d’avant-crise (4,5 % entre 2000 et 2007).

Par le Groupe de travail économique du NPA. 

Eric Toussaint. Publié sur cadtm.org

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.