Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

 

La microfinance, le microcrédit étaient censés éradiquer la pauvreté en donnant aux pauvres l’accès au crédit. Mais si réussite du microcrédit il y a, il semble que ce soit davantage pour les investisseurs que pour les emprunteurs.

 

Avec la chute du Mur et l’écroulement du bloc de l’Est, la bourgeoisie allemande a remporté une victoire historique.

Il est fréquent pour les politiciens et les économistes de traiter des problèmes de la dette publique en faisant des analogies avec les ménages et les entreprises. Ils s’appuient en apparence sur le bon sens. En réalité, un État n’est ni un ménage ni une entreprise.

Ce sont des prêts aux taux variables, indexés sur des indices, des valeurs, très volatils.

Le cas de la banque Dexia est une illustration de la marchandisation généralisée : tout ce qui est susceptible de générer des profits doit être privatisé.

Le président de la Commission européenne, José Manuel Barroso, déclarait le 28 mars dernier : «  Au cours des trois dernières années, les États membres ont accordé des aides et fourni des garanties au secteur financier à hauteur de 4 600 milliards d’euros.

La dette publique est en fait triple : celle de l’État proprement dit, mais aussi celles des collectivités locales et des administrations publiques.

Le dernier ouvrage de L. Gill, militant politique et syndical canadien de la première heure et enseignant d’économie à l’Université de Québec à Montréal, est paru.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.