À voir : Le miracle du Saint Inconnu, de Alaa Eddine Aljem

Henri Wilno

Henri Wilno est membre du groupe de travail économique du NPA et du comité de rédaction de L’Anticapitaliste.

Film maroco-franco-qatarien, 1 h 40, sorti le 1er janvier 2020.   

Un homme au volant d’une voiture pourrie fonce dans le désert. La voiture s’arrête. L’homme tire un sac de son coffre et escalade la plus proche colline. Il enterre le sac et, pour se souvenir de l’emplacement, place des cailloux qui dessinent une espèce de tombe. Les flics arrivent et l’embarquent.

Fable moderne

Dix ans plus tard, l’homme (Amine) sort de prison et revient pour déterrer l’argent. Devant ses yeux écarquillés se dresse une petite construction blanche avec une coupole : c’est la sépulture du Saint Inconnu, devenue un lieu de pèlerinages. Rien ne manque : vendeur de souvenirs et fontaine qui porte bonheur si on y jette quelques pièces de monnaie. En contrebas, un village.

Amine entend récupérer son argent. Mais le mausolée est gardé et un étranger qui reste à séjourner fait jaser les gens du village… Les tentatives et les situations absurdes vont se succéder.

Alaa Eddine Aljem a réalisé une fable moderne qui recourt à l’humour pour décrire une société villageoise qui vit comme elle peut dans une contrée aride et trouve refuge dans des croyances incompréhensibles pour ceux qui viennent de l’extérieur : le voleur aussi bien que le médecin.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.