À voir : Le Lac aux oies sauvages, de Diao Yinan

Film chinois, 1 h 50, sorti le 25 décembre. 

Dans une gare, de nuit et sous la pluie, une femme vient à la rencontre d’un homme qui ne la connaît pas. Peu à peu, à coups de flashbacks, se précise l’arrière-plan de cette rencontre. 

Face à la police et à la pègre

Un truand, petit chef de gang, est devenu une sorte de sac d’argent : il a tué par accident un policier et sa tête est mise à prix. La police le pourchasse, mais aussi les autres truands qui veulent toucher la prime en le livrant mort ou vif. Quant à lui, conscient qu’il ne s’en tirera pas, il veut que l’argent aille à sa femme et à son fils.

La femme mystérieuse du début est une « baigneuse », ce qui renvoie à une forme de prostitution qui se pratique en Chine dans les villes balnéaires. Face à la force brutale (la police) et au monde sordide et sans aucun scrupule de la pègre, les deux personnages principaux incarnent progressivement une forme de pureté.

Un excellent polar du réalisateur d’un précédent film noir, Black Coal (2014).

HW

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.