Théâtre Croquemitaine : « Notre compagnie défend un théâtre populaire, l’humour et le rapport direct au public »

Entretien avec Roxane Zadvat, du Théâtre Croquemitaine (Belgique), suite à la présentation de la pièce Made in Palestine lors de l’édition 2018 de l’université d’été du NPA.

Peux-tu nous présenter le théâtre Croquemitaine ? Le projet, vos activités, etc. 

Le Théâtre Croquemitaine a été fondé en 1975, dans le mouvement de restructuration de la vie culturelle qui a suivi mai 68. Tout était alors politique, ce mot ne rebutait personne, et le théâtre ne faisait pas exception. 

Les pratiques progressistes, contemporaines du théâtre de l'opprimé, ont obtenu en Belgique une reconnaissance institutionnelle. Il existe une catégorie spécifique, le théâtre-action, pour les compagnies qui se consacrent à la création de spectacles à contenu politique. Ce n'est pas formulé comme ça dans les textes de loi et le mouvement du théâtre-action n'est pas homogène. Nous avons pour mission d'accompagner des groupes de « personnes socialement ou culturellement défavorisées » dans un processus de création théâtrale sur un thème qui les touche, pour porter leurs propres revendications, en développant au maximum leur autonomie artistique et technique. Grosso modo le théâtre-action s'occupe d'une production culturelle par le peuple, avec des petits moyens, dans une petite case étroite, à côté des politiques culturelles élitistes, et de l'ascension du peuple vers « la culture avec un grand Q et les gros moyens ». 

En pratique, nous avons beaucoup de liberté, mais chut... Au Croquemitaine, nous défendons un théâtre populaire, qui s'appuie sur le visuel, l'humour et le rapport direct au public, nous héritons du clown et de la commedia. Nous travaillons avec des groupes : membres d'une association, apprenants en alphabétisation, indigènes ou pas, militantes féministes, travailleurs sans emploi... Souvent nous sommes à l'initiative pour lancer des ateliers ouverts à toutes et tous, pour créer sur des sujets qui concernent toute la société, de la justice climatique à la lutte contre le nucléaire en passant par la défense des droits des chômeurs, les combats contre les traités de libre-échange, le soutien aux cheminots qui défendent le service public, la lutte contre les dettes illégitimes, etc.

Il nous arrive de jouer dans des théâtres, mais nous intervenons aussi sur le terrain des mobilisations, en amenant des créations de théâtre-image pour les manifestations, les piquets de grève. Dernièrement nous avons participé à la production de vidéos avec le CADTM, avec des capsules animées sur la dette grecque et le court-métrage Au Festin des Rapaces. 

La créativité dans la lutte répond à un besoin de s'impliquer activement. Elle offre l'occasion d'apprendre et de construire un message, et en bonus les créations permettent parfois d'attirer l'attention de la presse.

Vous avez joué la pièce Made in Palestine lors de l'université d'été du NPA. D'où est venue l'idée de la pièce ? Qu'est-ce qui a guidé l'écriture et la mise en scène ? 

Notre équipe a beaucoup apprécié ces quelques jours à l'Université d'été, l'accueil, les ateliers, l'ambiance, merci ! 

Je suis partie deux semaines en Palestine en avril 2016, avec l'orchestre Jawla Palestina, créé à partir d'une fanfare et d'une chorale pour donner des concerts dans le cadre du festival Al Kamandjati. J'étais déjà un peu informée et mobilisée pour les droits des palestiniens depuis mon adolescence, en partant j'avais une intention de produire quelque chose. Nous avons tous été profondément touchés par ce voyage, même celles et ceux qui partaient sans opinion. Dans le groupe il n'y avait pas forcément grande connaissance ni consensus. Par exemple, la veille de la journée internationale des prisonniers palestiniens, le chef à consultés les cent musiciens pour savoir si quelqu'un s'opposait à ce que le concert soit dédié aux prisonniers et à leurs familles. 

La catastrophe que vivent les Palestiniens depuis 70 ans est omniprésente, toutes les familles ont perdu quelqu'un, les distributeurs d'eau rationnent les Palestiniens et les colons tirent sur les réservoirs d'eau, il y a des décès dans les ambulances arrêtées aux checkpoints, un enfant porte le prénom d'un frère décédé avant sa naissance, le jeune dont un séjour en prison a interrompu les études... J'ai noté les histoires que me racontaient les personnes rencontrées. Toutes mes conversations avec les Palestiniens étaient politiques, et elles s'achevaient souvent par une demande explicite de porter leur parole par-delà les frontières. C'est ce que nous essayons de faire avec ce spectacle, modestement, et sans pouvoir dire tout ce qui mériterait de l'être... D'ailleurs rien de ce que je viens de citer n'est dans le spectacle. Une spectatrice m'a dit que le sentiment d'urgence à en finir avec les injustices et les humiliations quotidiennes se retrouve, sous une forme décalée. 

En quoi le théâtre est-il un bon moyen de parler de la situation en Palestine ? Que permet-il que d'autres supports ne peuvent pas apporter ? 

Les symptômes de l'occupation traversent pleins d'aspects de la vie quotidienne, le logement, la bouffe, les études, les déplacements, les mariages... Il n'y a pas d'affrontements « spectaculaires » dans l'histoire que nous racontons, mais la violence est omniprésente.

Le théâtre joue sur les émotions. Il y a quelques mois, Lordon avait écrit un article, marrant venant d'un type si intellectuel, dans le Diplo, pour réhabiliter les émotions dans la lutte politique. Ou plus classique, le Che qui recommandait à ses enfants d'être toujours capables de ressentir au plus profond d'eux-mêmes n'importe quelle injustice commise contre qui que ce soit, dans n'importe quel endroit du monde... Je ne vais pas prétendre que voir le spectacle soit l'équivalant d'un voyage en Palestine, mais il semble que ce soit une expérience qui s'en approche, en tout cas c'est ce qu'en disent plusieurs de mes compagnes de voyage ! Le cinéma fait cela aussi, par exemple Derrière les fronts, l'excellent film d'Alexandra Dols. 

Il faut dire aussi ce que le spectacle ne fait pas. Dans la pièce beaucoup de conséquences de l'occupation sont juste évoquées. Il faut revenir plus en détail sur les dimensions de l'oppression, comparer et distinguer, contextualiser. C'est une tâche qui demande beaucoup de boulot... Nous prévoyons systématiquement qu'il y ait un échange avec le public, après le spectacle, avec les organisateurs ou avec des conférenciers lorsque l'occasion se présente. 

De nouveaux projets en perspective ? 

La rentrée va être chaude en Belgique aussi. Les agendas sont bien remplis, entre autres : les syndicats annoncent des grèves, la plateforme ByeByeTina prépare des actions en septembre et octobre à Bruxelles, pour les dix ans du crash financier des subprimes! 

L’équipe du Croquemitaine est sur le feu du festival que nous organisons tous les deux ans. Made in Palestine le 20 octobre ; Balade-Spectacle le 21, théâtre de sentiers à Bailleul, village belge à mi-chemin entre Roubaix et Tournai, où l'on profite d'une histoire locale de réfractaires de 1943 pour saboter le chemin de fer (avec des pétards) et saluer les Érythréens de maintenant qui fuient le service militaire à durée indéterminée ; une soirée de courts et scène ouverte le 26 ; Cœur de Cellule le 27, une pièce qui questionne la propriété des moyens de production, avec l'intervention de Natalia Hirtz, chercheuse politologue sur le mouvement des entreprises récupérées en Argentine, et Dimitri Coutiez, co-rédacteur de la loi belge sur les coopératives ; La Vie est une maladie mortelle le 28, un spectacle sur la santé, service public particulièrement mis à mal par le gouvernement de droite au pouvoir en Belgique…

Propos recueillis par Julien Salingue

En savoir plus http://www.theatrecroquemitaine.com

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.