Shut it down !, de Neil Young

Album « Colorado », 1 CD (Warner), 13 euros.

Quand le titre « Shut it down », extrait du dernier album de Neil Young, Colorado (octobre 2019), a été diffusé pour la première fois, il a choqué les médias US par son radicalisme, mais pas le public que Neil Young (75 ans cette année) a su conserver et renouveler depuis 1965. À grands coups de riffs rageurs de guitare « garage », Neil Young déclare vouloir fermer le système économique tout entier pour proposer une société nouvelle qui protègera la vie sous toutes ses formes : « I had to shut the whole system down/People try to save this Earth/From an ugly death/I had to shut the whole system down/People trying to live workin’ /In a world to meet that threat »1

Il est vrai qu’après avoir dédié un concept album entier à la lutte contre les pesticides en 2015, Monsanto Years, le chanteur canadien naturalisé américain et partisan de Bernie Sanders est passé à la vitesse supérieure. Avec l’épidémie de Covid-19 qui se propageait à toute la planète et obligeait les gouvernements du monde entier à tout fermer, à tout stopper, notre vieux rocker a pris une petite revanche sur les médias en postant une vidéo incendiaire illustrant son « Shut it down » avec les images de la pandémie2.

La légende Neil Young : de Buffalo Springfield à aujourd’hui

À son arrivée en Californie en 1965, Neil (20 ans) apparaît sur la scène musicale internationale, à Los Angeles, avec le groupe Buffalo Springfield. Ce groupe de folk-rock, initialement composé de Neil Young, Stephen Stills, Richie Furay, Jim Messina enregistre, de 1966 à 1968, trois albums. En 1968, Young entame une carrière solo et forme son propre groupe, Crazy Horse3 avec lequel il collabore, tourne et enregistre jusqu’à aujourd’hui.

En 1969, Neil Young rejoint son camarade Stills en trio avec Crosby et Nash pour former CSN&Y. Le groupe apparaît au festival de Woodstock. Ensemble, ils sortent peu après l’album culte Déjà Vu (1970), et trois autres albums en commun. En 1972, Neil reprend sa carrière solo et enregistre son album folk le plus célèbre, Harvest. Depuis, il alterne les albums de folk ou de rock psychédélique4 avec un grand succès dans les deux cas.

L’album Colorado

À 74 ans, Neil Young a retrouvé son backing band du Crazy Horse pour une escapade du côté du Colorado et y sortir son trente-neuvième album studio. Un documentaire intitulé Mountaintop relate l’enregistrement de l’album et est disponible sur internet.

Colorado est un disque brut et sans filtre. Les couleurs sont variées mais à l’image du titre « Green Is Blue », chacune de ces couleurs se confondent en une unité dont seul Neil Young a le secret mais dont le message est unique : préserver la planète ! Que ce soit pour célébrer les paysages de l’Amérique ou l’amour, la qualité d’interprétation renvoie aux meilleurs albums du « Loner ». Le groupe Crazy Horse n’hésite pas à sortir le gros son pour de longues jams (« She Showed Me Love », « Shut it up ») ou à laisser percer l’émotion pour des morceaux comme « Rainbow Of Colours » ou « I Do ».

Une partie de l’album et du documentaire est en libre accès sur FIP Radio. Il faut en profiter au plus vite.

  • 1. « J’ai dû couper tout le système, les gens essaient de sauver cette terre d’une mort affreuse, j’ai dû couper tout le système, les gens essaient de vivre en travaillant dans un monde qui nous mène au gouffre ».
  • 2. https://www.youtube.com/watch ?v=NeLdj...
  • 3. Crazy Horse est aux manettes de Colorado. Dany Whitten qui était le leader du groupe et le meilleur ami de Neil, est disparu tragiquement en 1972. Sa mort entraîna une sévère dépression du canadien.
  • 4. Psychedelic Pills reste l’incontournable album de Young.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.