À lire : Gilets jaunes, le soulèvement, de Juan Chingo

Éditions Communard.e.s, 204 pages, 12 euros.

Juan Chingo est journaliste politique spécialiste de la situation internationale et des mouvements sociaux. Éditorialiste à Révolution permanente et militant au NPA, il publie son premier livre à l’occasion du mouvement des Gilets jaunes qu’il a suivi, acte après acte, depuis le 17 novembre.

Soulèvement incontrôlable
Selon lui, le mouvement des Gilets jaunes a plus d’un mérite. D’abord, celui d’incarner un violent « retour de flamme pour la bourgeoisie ». Ce d’autant plus qu’il s’agit d’une mobilisation « vis-à-vis de laquelle les méthodes habituelles de canalisation ne servaient à rien ». Un soulèvement incontrôlable qui explique par ailleurs la violence avec laquelle le mouvement aura été réprimé, faisant franchir un cap supplémentaire à l’autoritarisme d’une 5e République dont la crise ne cesse de s’approfondir.
Mais ce qui intéresse Juan Chingo, et qui fait la singularité de sa démarche, c’est de voir comment le mouvement des Gilets jaunes agit et peut agir à la manière d’un électro­choc à l’égard du mouvement social et politique. Un mouvement qui révèle une « forme nouvelle de développement inégal et combiné qui affecte le prolétariat et ses organisations », entre « institutionnalisation des organisations traditionnelles » et « réduction des amoindrisseurs sociaux » et qui ouvre la porte à des irruptions plus violentes dont le mouvement des Gilets jaunes n’est certainement qu’un avant-goût, comme semble le confirmer la mobilisation naissante à la RATP dont la radicalité rappelle celle des Gilets jaunes.

Correspondante

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.