Les graines du monde. L’Institut Vavilov

De Mario Del Curto Éditions Till Schaap (diffusé par Actes Sud), 45 euros.

Le photographe Mario Del Curto présente l’extraordinaire histoire de l’Institut Vavilov de Saint-Pétersbourg. Créé en 1894, le « Bureau de botanique appliquée » est la plus ancienne banque de graines au monde. Nikolaï Vavilov, génial agronome moscovite épris de génétique, prend sa direction en 1920 et s’attelle à récolter des graines du monde entier pour reconstituer le patrimoine végétal mondial en cas de disparition de la biodiversité. Sa passion scientifique se nourrit de l’espoir de combattre la famine en Russie et dans le monde. Mettant en relation l’agronomie et la génétique des plantes, il étudie et organise l’extrême diversité du monde végétal, notamment des plantes alimentaires. Lénine l’avait placé à la tête d’une des plus grandes équipes de chercheurs du monde, et il sillonna la planète pour étudier les centres d’origine qui avaient vu naître le blé, l’orge, l’avoine, le seigle, les pommes de terre et le maïs, afin de comprendre les mécanismes de résistance de ces plantes rustiques à certaines maladies.

Vavilov pensait que ces variétés végétales pourraient améliorer les rendements du système agricole soviétique et ainsi améliorer l’alimentation de la population. Un espoir tué par la bureaucratie, qui le laissa mourir de faim en prison pour s’être opposé à Lyssenko, un charlatan, ennemi de la génétique mais fidèle à Staline et promu par lui à la tête de la politique agricole soviétique.

Séduit par cette étonnante et riche personnalité, par son immense travail ainsi que par la beauté des plantes et des hommes qui les cultivent, Mario Del Curto nous entraîne dans son voyage à la découverte de ce passé de la lutte du scientifique à travers les plantes et le monde. Il nous fait découvrir l’institut – aujourd’hui en grande difficulté financière – à travers ce véritable capharnaüm méticuleusement organisé que représente la classification de 325 450 échantillons d’espèces cultivés et de formes sauvages apparentés et l’herbier de 376 825 parts. De superbes photographies nous font découvrir la diversité du monde de Vavilov éclairé par des contributions écrites de scientifiques de renom. Une porte d’entrée aussi sur un aspect inattendu de l’influence créatrice de la révolution de 1917...

Un beau livre à offrir, à lire et regarder...

Yvan Lemaître

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.