Festival Ciné-Palestine

Nous publions la présentation de la 5e édition du Festival Ciné-Palestine, qui se déroulera en région parisienne du 20 mai au 10 juin.

Le Festival Ciné-Palestine – FCP – a le plaisir de vous donner rendez-vous pour sa 5e édition, qui se tiendra du 30 mai au 10 juin 2019 dans ses cinémas partenaires : au Luminor Hôtel- de-Ville et aux 3 Luxembourg à Paris, au Méliès à Montreuil, à l’Écran à Saint-Denis, au Jean-Vigo à Gennevilliers, aux 3 Cinés Robespierre à Vitry-sur-Seine et au Studio à Aubervilliers.

Une nouvelle génération d’artistes

Depuis sa première édition en 2015, le FCP est au service de la promotion, auprès du public français, d’un cinéma palestinien riche et varié. Il soutient en particulier une nouvelle génération d’artistes qui investit tous les domaines de la création cinématographique, y compris les plus novateurs.

Pour célébrer cette 5e édition, nous avons le plaisir de programmer une vingtaine de films et d’accueillir vingt invitéEs, réalisateurEs, acteurEs et producteurEs présents pour rencontrer et discuter avec le public après les projections.
Toujours à l’affût de films inédits pour en donner la primeur au public, le Festival Ciné-Palestine ouvre cette édition avec le film inédit Mafak de Bassam Jarbawi.

Particulièrement sensible au regard aiguisé de ciné­astes internationaux qui trouvent en Palestine un récit de lutte digne d’être raconté et mis en scène, le Festival Ciné-Palestine propose cette année deux films coups de cœur, Gaza Ghetto de Pea Holmquist (1985) et l’Apollon de Gaza de Nicolas Wadimoff (2018).

Gaza à l’honneur

Afin de dénoncer la violence qui continue à s’abattre sur la bande de Gaza depuis le début du blocus en 2007, le Festival Ciné-Palestine souhaite mettre en avant les films qui y sont produits : des récits d’aujourd’hui mais aussi des histoires d’antan qui nous permettent de percevoir et d’analyser les changements colossaux subis par ce territoire en si peu de temps.

Rashid Masharawi, un des réalisateurs gazaouis les plus prolifiques, sera mis à l’honneur avec une Masterclass qui reviendra sur son parcours cinématographique.

Les jeunes cinéastes palestiniens émergents ont également leur place dans cette 5e édition. Un concours de courts métrages, « New Generation », leur est dédié.

Comme chaque année, une soirée en plein air à Saint-Denis est prévue. Avec son lot de surprises, elle fera le bonheur des grands et des petits.

La clôture aura lieu au cinéma Le Studio, précédée d’une table ronde autour de l’héritage et de la préservation du patrimoine cinématographique palestinien avec Bashar Shammout et Khadijeh Habashneh. Ours is a Country of Words (2017) de Mathijs Poppe, film poétique et pétri d’espoir, terminera l’édition 2019 du Festival Ciné-Palestine.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.