Essai : Le désert des ambitions avec Albert Cossery

-A +A
Culture
idées

De Rodolphe Christin, Éditions l’Échappée, 2017, 14 euros. 

Albert Cossery, né au Caire en 1913 et mort à Paris en 2008, Égyptien écrivant en français, a passé sa vie, de 1945 à 2008, dans une chambre de l’hôtel La Louisiane à Saint-Germain-des-prés. Son œuvre, limitée à huit livres, fait l’éloge de la simplicité, du détachement des choses matérielles et de la paresse, à travers la vie de personnages du peuple égyptien.

Rodolphe Christin qui avait déjà, lui aussi, dénoncé l’agitation inutile et destructrice du monde contemporain dans L’usure du monde. Critique de la déraison touristique, n’a pas écrit une biographie d’Albert Cossery. Comment écrire sur celui qui n’a rien fait et rien voulu ? Christin a tissé des textes de Cossery, des réflexions sur la vie des héros Cossériens, et le lecteur voit apparaître le portrait d’un être exceptionnel qui a vécu toute sa vie comme ses héros dans une sobriété heureuse. Ainsi, les titres des chapitres ne sont pas : jeunesse, maturité, vieillesse, mais « la sobriété joyeuse », « l’humour de la vie », « vie et mort des révolutions », « l’oisiveté, rétive et créatrice » !

Cossery est un anarchiste non militant : il « ne croit ni en une fin de l’histoire ni en une société idéale qui resterait à élaborer ». Il n’y a rien à espérer, donc rien à faire : juste essayer de profiter au jour le jour de la beauté du monde. Les héros de Cossery ne sont jamais déçus... car ils n’ont rien à perdre. L’un d’eux va jusqu’à abandonner sa vie et son travail pour devenir mendiant, se libérant ainsi de toutes contraintes. D’autres vont rester dans leur lit à vie…

Cossery est antiproductiviste et anticapitaliste puisque opposé à tout effort et toute accumulation. La vraie vie, c’est la liberté dans l’humour.

Évidemment Christin, comme nous, est séduit par le personnage : vivre sans contraintes et résister à tout passivement… Il oublie quand même de dire que si Cossery a su se contenter de peu, c’est un bourgeois égyptien, cultivé, qui a vécu en rentier et dans un microcosme intellectuel de l’après-guerre qui l’a entouré et porté, et qu’ils sont bien peu nombreux, ceux qui peuvent décider de vivre comme lui dans un monde qui ne changera que si nous nous en donnons les moyens.

À lire pour rêver d’une vie rêvée, et à compléter absolument des ouvrages de Cossery1.

Catherine Segala

 

 

  • 1. Œuvres complètes (en deux tomes), éditions Joëlle Losfeld, 2005, 25 euros chaque.