Cinéma : Notre petite sœur

De Hirokazu Kore-Eda, sortie le 28 octobre 2015. Libre adaptation du premier tome du manga de Yoshida Akimi). 

Le synopsis : A l’enterrement d’un père qu’elles n’ont pas revu depuis 15 ans, 3 sœurs vont faire la connaissance de leur demi-sœur Suzu, 13 ans et devenue orpheline, à qui elles proposeront d’emménager avec elles. C’est donc l’histoire d’une famille qui va apprendre à se connaître, à s’apprivoiser en douceur et tout en retenue. On se retrouve donc transporté dans un univers japonais traditionnel tel qu’on le fantasme, ça en est presque cliché : la maison traditionnelle avec les portes coulissantes, le kimono porté un jour de fête, les prières, les repas autour de la table basse... Les actrices tout comme les images sont belles, magnifiques, on se souviendra de la scène en vélo avec les cerisiers en fleurs, ou le feu d’artifice, moment de bonheur partagé par les quatre sœurs. Le deuil du père est quasiment absent même pour la petite dernière ; le film est tout en pudeur, tout est à demi-mot. Même la perte de la restauratrice bien aimée par les sœurs ne fera pas verser sa larme au téléspectateur. Tout comme dans « Tel père tel fils », on reste dans la thématique de la famille. Mais contrairement à ce dernier qui va nous interpeller, nous questionner sur la famille et les liens du sang et leur importance ou pas d’ailleurs, ici à force de rester pudique le film en reste (trop) lisse.

Fanny (Toulouse)

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.