Cinéma : Le Vénérable W.

-A +A
Culture
idées

Barbet Schroeder, Sortie le mercredi 7 juin. 

W, c’est Ashin Wirathu. Avec son visage poupin, ce moine bouddhiste déchaîne la haine contre les musulmans en Birmanie afin de « protéger la race et la religion ». Des quartiers sont incendiés, des personnes lynchées, des populations réduites au statut de réfugiéEs et regroupées dans des camps. Sa propagande s’est d’abord déchaînée contre les Rohingyias, nombreux à la frontière de la Birmanie et du Bangladesh pour s’étendre à l’ensemble des musulmans du pays (4 % de la population).

Wirathu a fait de la prison au début de sa carrière mais est désormais loin d’être un exalté isolé. Si la hiérarchie bouddhiste est divisée, s’il s’attire des réprimandes officielles quand il y a des réactions à l’étranger, il bénéficie de soutiens financiers puissants, et policiers et militaires laissent se dérouler les exactions de ses partisans. Wirathu utilise toutes les nouvelles technologies et ne cache pas son admiration pour Trump. Ses discours, où il décrit les musulmans comme des animaux, se doublent d’une persécution légale : les Rohingyas ont été déchus de la nationalité birmane, et des lois discriminatoires ont été votées contre tous les musulmans. Un tel dispositif évoque irrésistiblement celui mis en place contre les juifs dans l’Allemagne hitlérienne.

On se perd parfois dans le documentaire de Barbet Schroeder qui mêle séquences filmées par lui-même et images d’origines diverses. Mais ce témoignage glaçant démystifie l’image unilatéralement positive du bouddhisme par rapport aux autres religions (Barbet Schroeder étant lui-même converti au bouddhisme).

Henri Wilno