Bobbie Gentry’s The Delta Sweete Revisited, de Mercury Rev

1 CD Bella Union/PIAS.

Avec cet album, Mercury Rev, un groupe de prog-rock américain, nous offre un très bel hommage à la chanteuse folk Bobbie Gentry et une très belle relecture de son album de 1968, The Delta Sweete. The Delta Sweete Revisited est porté par les voix inoubliables de Norah Jones, Beth Orthon, Lucinda Williams, Hope Sandoval1 et huit autres chanteuses.

Qui était Bobbie Gentry ?

Bobbie Gentry est née dans le comté de Chickasaw (Alabama, USA) en 1944. Élevée par sa grand-mère qui échangea une vache contre un piano, elle se tourne très jeune vers la musique traditionnelle de sa région. À l’adolescence, sa mère la reprend et l’emmène en Californie où elle va derechef se produire dans les clubs locaux dès l’âge de 14 ans. Sa musique à la fois country, folk et soul est rapidement remarquée. Elle sort ses premières chansons au milieu des années soixante et connait son premier succès populaire en 1967 avec le titre « Ode To Billie Joe »2.

En 1968, Bobbie Gentry sort son deuxième album, The Delta Sweet, un disque dans lequel elle raconte son enfance, la ferme de ses grands-parents, l’église qu’elle fréquentait, le Mississippi dans lequel elle a grandi. Elle y reprend aussi quelques morceaux de blues et de country qui ont accompagné sa jeunesse et son adolescence. Ambitieux, brillant, le disque rencontre un grand succès critique et devient un disque culte mais sans succès commercial. Bobbie sortira encore quelques albums mais, faute de succès commerciaux et, au bout d’un troisième divorce, elle se retire à 40 ans.

Mercury Rev du rock psychédélique à l’apaisement

Formé en 1989, Mercury Rev était composé originellement de David Baker au chant et à la composition, Jonathan Donahue (chant et guitare), Sean Mackowiak (alias Grasshopper) (guitare et clarinette), Suzanne Thorpe (flûte), Dave Fridmann (basse) et Jimy Chambers (batterie). À leurs débuts ils enregistrent des bandes-son pour des films expérimentaux. Leur style est celui du rock psychédélique et expérimental. Un bon succès critique ne peut hélas remplacer le flop commercial de leurs productions. La crise éclate. David Baker quitte alors le groupe qui doit se réorienter vers une voie plus accessible et moins sombre. Suite à une collaboration avec des musiciens du Band3 (Garth Hudson et Levon Helm), le groupe connait enfin en 1998 le succès public avec l’excellent album Deserter’s Songs. Quelques albums et tournées monstres plus tard, le groupe décide en 2019 de sortir de l’oubli le légendaire The Delta Sweete de Bobbie Gentry.

« Bobbie Gentry, The Delta Sweete Revisited »

Qui mieux que la musique psychédélique, rêveuse, planante et majestueuse de Mercury Rev pouvait revisiter les perles classiques de Bobbie Gentry. Restait l’obstacle de la voix mais certaines des meilleures chanteuses du moment se sont tout de suite portées volontaires pour l’aventure. Pour ce « revisited », « la cavalerie psyché-pop de Mercury Rev avance masquée et galope le mors aux dents »4, accompagnée d’orchestrations et d’arrangements sans boursouflures qui nous mènent tout droit dans le Sud profond de la jeune Bobbie Gentry. Aux onze titres initiaux de l’album original, les Mercury ont naturellement ajouté l’« Ode to Billy Joel » qui est merveilleusement interprétée par Lucinda Williams. Ce qui nous fait donc 12 pépites à déguster. Attention, « Sermon », interprété par Margot Price pourrait vous amener sur les bancs d’une église tandis qu’Hope Sandoval fait vibrer le « Big Boss Man », classique blues de Jimmy Reed à des hauteurs vertigineuses. N’oublions pas Beth Orton sur « Courtyard », et les 8 autres titres. Un enchantement en vente et à télécharger sur toutes les plateformes !

  • 1. Norah Jones est américaine et fille de Ravi Shankar, Beth Orthon est anglaise et chanteuse du groupe Spill, Lucinda Williams est américaine, très connue dans le monde du blues, et Hope Sandoval est américaine et chanteuse du groupe Mazzy Star.
  • 2. « Ode to Billy Joel », immédiatement repris par Joe Dassin qui en fera un tube en France en 1968 sous le titre de « Marie-Jeanne ». Le chanteur français n’a pas compris qu’il avait alors trouvé son style. Et on connait la suite lamentable de son répertoire.
  • 3. The Band est un groupe folk légendaire canadien. Il a certainement permis à Bob Dylan de construire son succès planétaire de 1965 à 1975.
  • 4. Marc-Antoine B. in Fanfares du 18 février 2019.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.