Adieu Mandalay

De Midi Z. Avec Kai Ko, Wu Ke-Xi et Wang Shin-Hong. Sortie le mercredi 26 avril 2017. 

Mandalay est une ancienne capitale de la Birmanie. De nombreux Birmans, pour des raisons où s’entremêlent héritage de la dictature militaire et misère, cherchent à quitter leur pays vers les États voisins en quête d’un avenir meilleur. Le réalisateur, taïwanais et lui-même d’origine birmane, a vécu directement la condition d’émigrant quoique dans des conditions moins difficiles.

Ses deux héros se rencontrent au moment de leur passage en Thaïlande. Ils vont, comme beaucoup d’autres, y vivre en tant que clandestins sans droit à un travail légal et donc soumis au bon vouloir des employeurs et au risque de rafles policières. Pour obtenir des documents qui aient au moins une apparence authentique, il faut payer et repayer intermédiaires et policiers véreux. Leur existence va se fracasser sur ce contexte mais aussi sur leur différence de projet. Les personnages de Midi Z ne sont en effet pas seulement conditionnés par leur situation de clandestins, ils palpitent d’aspirations contradictoires.

La jeune femme Liaoning veut être indépendante, et pour cela, il lui faut des papiers à tout prix. Guo, lui, cherche à accumuler de l’argent pour revenir ouvrir un commerce en Birmanie : il se satisfait donc de travailler dans une usine de textile où les ouvriers sont débaptisés (on les désigne par un numéro), triment, mangent, dorment sur place, dépensant leur paye dans le magasin de l’entreprise.

Guo est amoureux de Liaoning depuis le premier instant et participe sans trop y croire à ses démarches pour obtenir des faux papiers, jusqu’au moment où elle franchira une limite, pour lui insupportable.

Henri Wilno

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.