Cinéma : Spartacus et Cassandra

Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

De Ioanis Nuguet. Avec Cassandra Dumitru, Spartacus Ursu et Camille Brisson. Sortie le mercredi 11 février
Cela pourrait être une pièce de théâtre, un drame antique. Deux personnages confrontés à un choix impossible. Mais ce n’est pas du jeu, de la fiction, du cinéma. C’est une sorte de documentaire qui en même temps n’en est pas un, réalisé par Ioanis Nuguet dont c’est le premier long métrage.

Immergé pendant 3 ans dans la communauté roms expulsée de campement en campement en 2010, depuis celui du Hanul à Saint-Denis, il réalise là un film magique, où les enfants jouent leur propre rôle, fabriquent leurs mots, leur textes, le drame qu’ils doivent dénouer. Très peu d’adultes visibles en dehors de ceux avec qui le drame se joue. Tout ce qui est juge, policiers, voisins, soutiens sont hors champ. La caméra, à l’épaule, se concentre sur Spartacus et Cassandra, frère et sœur, au plus prêt, et réussit à saisir leurs complicité, leurs débats, leurs tentations, leurs colères.

On est frappé par la beauté, la jeunesse, la lucidité de ces deux-là comme de celle de Camille, l’artiste de cirque qui s’engage auprès d’eux. Un film qui donne la pêche. À voir absolument.


Jean-Marc Bourquin

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.