Cinéma : Mange tes morts. Tu ne diras point de Jean-Charles Hue

Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

Avec Jason François, Michaël Dauber et Frédéric Dorkel

Sortie le mercredi 17 septembre
Quel film ! Réalisé par Jean-Charles Hue, les membres d’une même famille, les Dorkel, gitans yéniches vivant dans l’Oise, y jouent leur propre rôle, comme ils l’avaient déjà fait dans le premier film de Hue, la BM du Seigneur. Ce film a été présenté à la Quinzaine des réalisateurs 2014 à Cannes et a reçu le prix Jean Vigo.

Complètement déroutant. Quatre frères et cousins, blonds, massifs, torses nus, autour de la viande qui grille sur un barbecue, qui parlent une langue mélange de gitan et d’argot chti, tout cela avec un accent picard... Cela laisse le spectateur désorienté par l’étrangeté des personnages et la proximité de la musique des mots « bien de chez nous ». Et ils sont chrétiens. Le plus jeune du groupe doit faire son baptême. La veille, ils partent en virée nocturne pour « chouraver » une cargaison de cuivre. Cette virée est tout à la fois un rite de passage, sorte d’anti-­baptême, mais aussi le moment où se discute (et en quels termes) le destin de chacun.

Ce film est une plongée dans un univers à la marge : les champs sont des espaces de chasse en moto, les routes destinées à des courses folles, et le monde extérieur représenté par les phares, les gyrophares blancs et bleus des « schmitts », sur lesquels ils viennent se heurter comme des lucioles attirées par la lumière. À voir absolument.


Jean-Marc Bourquin

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.