Bahreïn, Koweït, Oman, Arabie Saoudite, Yémen. La contestation secoue la Péninsule arabique

Les articles de la rubrique Idées n’expriment pas nécessairement le point de vue de l’organisation mais de camarades qui interviennent dans les débats du mouvement ouvrier. Certains sont publiés par notre presse, d’autres sont issus de nos débats internes, d’autres encore sont des points de vue extérieurs à notre organisation, qui nous paraissent utiles.

Dans la Péninsule arabique, plusieurs configurations politiques peuvent être observées, un an après le début du « Printemps arabe » qui, là aussi, se traduit par un bouillonnement politique et social sans précédent. Les plus marquantes sont celles de Bahreïn, pays qui a été l’épicentre des mouvements de contestation dans le Golfe en février/mars 2011 ; celle du Yémen, où les affrontements ont été particulièrement longs et sanglants, et qui traverse actuellement une transition politique contrôlée « par en haut » ; et celle de l’Arabie saoudite, principale puissance et centre de la réaction dans la région. Un royaume qui donne le tempo régional d’un mélange entre une répression dure et l’utilisation, par les régimes, de moyens financiers considérables pour « acheter » la paix sociale et tenter d’endiguer la contestation.

Barheïn : mobilisation malgré la répression

Bahreïn est un archipel dont les ressources pétrolières sont déjà en cours d’épuisement et où beaucoup de salaires sont faibles. 70 % des 1,2 million d’habitants sont chiites et se plaignent de discriminations confessionnelle par la monarchie d’obédience sunnite (en place depuis le xviiiesiècle). La contestation sociale était extrêmement forte en février et mars 2011 : grèves, manifestations, occupations de places publiques… La place du monument de la Perle dans la capitale Manama en est devenue le symbole. Après avoir décrété l’état d’urgence, à la mi-mars 2011, et fait entrer les troupes des monarchies du Golfe (surtout saoudiennes) pour mater la rébellion, le régime monarchique a fait d’ailleurs détruire ce monument. Plusieurs centaines de personnes ont été condamnées depuis l’été 2011 à de lourdes peines : manifestants, blogueurs, mais aussi médecins et infirmières qui avaient soigné des manifestantEs blesséEs. Rien ne devait rappeler la contestation.

Cependant, celle-ci s’est réveillée. Ainsi, après la mort d’un jeune manifestant (probablement asphyxié par des gaz utilisés par la police), le 13 décembre 2011, des émeutes ont secoué la capitale Manama pendant plusieurs jours. D’autres affrontements avec la police avaient déjà eu lieu les 7 et 9 décembre, par exemple, et le 23novembre aussi bien à Manama que dans d’autres villes. Alors qu’une commission d’enquête officielle avait admis, ce même 23 novembre, « un usage excessif de la force » contre l’opposition au printemps 2011, le régime avait promis des améliorations. Cependant, le 14 décembre, Amnesty International constatait que « la situation des droits de l’homme à Bahreïn reste toujours ternie ». Le régime s’est doté d’un ministère des Droits de l’homme, mais celui-ci tente surtout de prendre le contrôle des associations indépendantes, et de contribuer ainsi à museler (de fait) la société.

Arabie saoudite : la monarchie tente d’acheter la paix sociale

En Arabie saoudite même, la contestation s’est fortement exprimée en avril, puis en octobre et en novembre 2011 dans des régions à majorité chiite, situées dans l’est du pays. Les motifs du mécontentement ne résident pas dans des questions d’ordre confessionnel ou théologique, mais sont surtout liés à la discrimination que vit la minorité chiite dans ce royaume ultra-réactionnaire. Sa doctrine d’État, se revendiquant de l’islam wahhabite, est particulièrement rétrograde et intolérante. Le 20 novembre, la mort d’un jeune âgé de 19 ans, tué par la police, a déclenché un nouveau mouvement de protestation. La répression des jours suivants s’est soldée par la mort de quatre personnes et de nombreux blessés (dont des policiers).

En même temps que la monarchie a renforcé la répression tout au long de l’année 2011, elle a aussi distribué des dizaines de milliards de dollars pour « acheter la paix sociale ». Des sommes importantes venant de la rente pétrolière ont été investies dans la construction de nouveaux logements. D’autres mesures consistaient, par exemple à amnistier (en mars 2011) toutes les personnes accusées d’avoir fait des chèques en blanc… Sur un autre terrain, la monarchie saoudienne a été obligée de lâcher – au moins un petit peu – de lest sur la question du statut – ultra-rétrograde – des femmes. Celles-ci auront pour la première fois le droit de vote aux élections municipales de 2015, mais ne sont toujours pas autorisées à conduire une voiture (puisque, selon la doctrine officielle, cela conduirait à répandre « le vice, l’adultère et l’homosexualité »). L’inquisition étatique en Arabie saoudite reste en même temps l’une des plus extrêmes du monde et a conduit, par exemple en décembre 2011 à la décapitation en place publique d’une Saoudienne accusée de « sorcellerie ».

Koweït, dissolution de l’Assemblée nationale

Au Koweït, où de premières manifestations massives contre le gaspillage de l’argent par la monarchie régnante et la corruption ont eu lieu dès le mois de mars puis en juin 2011, un nouveau pic de tension a été enregistré fin novembre. Le 16, une foule compacte de manifestants a envahi le Parlement. Après avoir refusé de dissoudre ce dernier – dont l’image est fortement ternie par d’immenses affaires de corruption – le monarque (l’émir es-Sabah) a fini par dissoudre l’Assemblée. Après la dissolution, actée le 6 décembre, une nouvelle élection devra avoir lieu.

Yémen : Saleh sur le départ

Au Yémen, le président yéménite Ali Abdallah Saleh, au pouvoir sans interruption depuis 1978, semble être réellement sur le départ. Depuis le 16 janvier (surlendemain de la chute du président tunisien Ben Ali), des manifestations rapidement très importantes à la suite de l’arrestation de la journaliste Tawakoul Karmal se sont succédé pendant des mois, payant par de nombreux morts leur détermination. Dans les centres urbains, une opposition politique de masse s’est structurée. Dans les campagnes, c’étaient plutôt des structures tribales qui sont entrées en rébellion, en prenant les armes. Oppositions urbaine d’un côté, rurale et « tribale » de l’autre se sont souvent regardées avec méfiance. Le pouvoir a tenté de jouer la carte de la « menace Al-Qaida » – abandonnant délibérément le contrôle d’une ville, Zinjibar, à une milice d’extrêmistes islamistes en juin 2011 – pour obtenir un soutien des puissances occidentales. La manœuvre a, cependant, été trop visible. L’opposition de la rue ne s’est pas laissé affaiblir par les innombrables tromperies du pouvoir, y compris les annonces successives du président Saleh selon lesquelles il allait « bientôt abandonner le pouvoir »… Cependant, des dirigeants de l’opposition ont fini par accepter un compromis.

Ayant signé un accord de transition du pouvoir le 23 novembre 2011, Saleh devrait abandonner le pouvoir en février 2012. Il n’en garderait que le titre de « président d’honneur ». Le 21 février prochain, se déroulera une élection présidentielle. En attendant, un représentant de l’opposition officielle, Mohamed Basindawa, a été chargé de former un gouvernement « d’union nationale ». Basindawa avait été le ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Saleh, avant de rompre avec lui. Son gouvernement sera composé pour moitié de membres de l’opposition parlementaire et pour moitié de membres du parti de Saleh, le Congrès général du peuple. Ce gouvernement reste cependant contesté : le 8 décembre des dizaines de milliers de personnes ont manifesté dans les grandes villes du pays contre la « transition » contrôlée par en haut.

Oman : un mouvement irréversible

Au sud-est de la péninsule Arabique, le Sultanat d’Oman s’étend sur 310 000 km2 et compte 2,7 millions d’habitants. Au terme d’une année de mobilisations sans précédent, le régime est incapable de répondre aux revendications de la jeunesse, en termes d’emploi et de libertés démocratiques. Le mouvement exigeant des réformes a été initié en février 2011 par une vague de grèves et de sit-in pour les salaires dans diverses branches de la fonction publique et des sociétés nationales, y compris dans le secteur du pétrole. Les demandeurs d’emploi ont occupé la rue et manifesté des semaines durant pour exiger des emplois, la fin de la corruption, une autre répartition des richesses (gaz, pétrole) ou la fin de l’endettement des ménages. Ils ont été rejoints par tous ceux et celles qui aspiraient à la liberté d’expression et de la presse.

Le pouvoir a répondu par des augmentations de salaires, portant un coup d’arrêt aux mobilisations des travailleurs. Les chômeurs et la jeunesse ont poursuivi leurs manifestations concentrées sur quelques villes du pays et organisé une semaine de sit-in en solidarité avec le peuple de Bahreïn. Certaines de ces manifestations ont été réprimées, entraînant arrestations, emprisonnements et plusieurs morts, générant de nouvelles mobilisations pour l’élargissement des détenus. Le pouvoir a augmenté les allocations des étudiants et des retraités et créé une allocation chômage. Il s’est fendu de promesses, annonçant la création de 50 000 emplois et des réformes constitutionnelles, et il a procédé à des remaniements ministériels pour évincer quelques figures corrompues ou discréditées.

Lors des élections à l’Assemblée consultative en octobre, quelques manifestants ont été élus et une femme a fait son entrée au Mejless. Un comité ministériel spécial a été créé, qui a décidé de subventionner certains produits alimentaires de première nécessité et le fourrage pour les agriculteurs. Une banque islamique devrait voir le jour également. Mais cette panoplie de mesures est loin d’avoir éteint la braise qui couve depuis un an. C’est dans un huis-clos assourdissant qu’ont été très brutalement réprimées des manifestations d’enseignants en septembre et de chômeurs en décembre, tandis que le jugement lors du procès en appel du journal Ezzaman – dont l’un des journalistes avait dénoncé la corruption du ministre de la Justice et avait écopé de cinq mois d’emprisonnement en première instance – devrait être rendu à la fin de l’année. Par ailleurs, ces mesures « préventives » dissimulent mal les indices de la crise à venir : baisse de la rente pétrolière, arrivée sur le marché du travail d’une nouvelle génération (40 % de la population a moins de 15 ans), sans parler de la perspective de la question de la succession, puisque le Sultan Qabous règne en monarque absolu depuis 40 ans et n’a pas d’héritier. Si la légitimité du Sultan, le plus ancien dirigeant arabe depuis la chute de Kadhafi, a été épargnée durant cette année de contestation, c’est précisément sur la question de l’élargissement des prérogatives de l’Assemblée que les engagements princiers n’ont pas eu de traduction sensible. Si elle peut désormais proposer des lois et élire son président, elle n’en demeure pas moins consultative.o Entre la mer Rouge, l’océan Indien et le Golfe, la péninsule Arabique s’étend au sud du Moyen-Orient sur plus de 3 millions de km² de zones essentiellement désertiques ou montagneuses. 60 millions d’habitants y vivent, dont environ 25 millions en Arabie saoudite (sur les deux tiers de ce territoire), presqu’autant au Yémen. Les dix millions restants se répartissent entre Oman, les Émirats arabes unis, le Qatar, le Koweït et Bahreïn.

À part le Yémen, tous ces États sont des monarchies basées sur un islam rigoriste, qui ont profité d’énormes rentes pétrolières accaparées par une infime minorité de la population, et ont attiré d’importantes populations immigrées.

Bertold du Ryon et Luiza Toscane

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.