Hôpitaux

Olivier Veran, le Ministre de la santé vient de dévoiler la deuxième série de mesures censées répondre à la crise du système hospitalier, révélée aux yeux de tous par l’épidémie de COVID 19.

Je suis directeur de recherches émérite CNRS dans une unité Inserm implantée à Antoine-Béclère à Clamart, et réside rue de la Chine, à 50 mètres de l’hôpital Tenon.
Face à la mise en œuvre de la loi Bachelot et aux menaces des agences régionales de santé (ARS), la journée nationale du 2 avril organisée pour la défense de l’hôpital public et de la Sécurité sociale solidaire et universelle a été un succès.
La sécurité sociale a eu des effets très positifs. Elle a permis à tous les travailleurs de se soigner, de bénéficier d’une retraite, d’élever des enfants. Elle a favorisé la progression importante de l’espérance de vie. Elle était de 65 ans en 1945, elle dépasse désormais les 80 ans.
A l'appel de 140 organisations, syndicats, associations et partis politiques, le 2 avril sera une journée nationale de défense de l'hôpital public, du droit à l'accès aux soins pour tous et toutes et de reconquête de la sécurité sociale.
 
Xavier Bertrand veut réduire le financement des hôpitaux publics. Qui veut tuer l’hôpital fabrique son déficit...
Le 22 février, malgré les vacances scolaires, une manifestation rassemblaient 800 personnes à la préfecture du Val-de-Marne.

Pour ouvrir le marché de la santé aux chaînes de cliniques privées cotées en bourse, le gouvernement et son ministre de la santé, l'assureur X.Bertrand, ne lésine sur aucun moyen pour couler l'hôpital public.
La santé de chacune et chacun passe par un service public de santé et des soins de qualité et de proximité avec des personnels en nombre et formés.
Arrêtons la casse de la santé!

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Hôpitaux