Hôpitaux

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Depuis le 30 octobre, trois responsables de la CGT de l’hôpital de Bastia sont en grève de la faim. Le syndicat majoritaire au sein de l’établissement entend dénoncer des suppressions de postes et une pénurie qui touche aussi bien le matériel que les médicaments.

C’est suffisamment rare, dans le paysage médiatique actuel, pour qu’on le souligne : le reportage diffusé dans « Envoyé spécial » jeudi 7 septembre 
Les gouvernements qui se sont succédé depuis 10 ans n’ont pas épargné l’hôpital. Les suppressions de postes ont débuté en 2008, 1 800 cette année-là. Entre 2008 et 2013 plus de 15 000, 22 000 sous Marisol Touraine entre 2015 et 2017.
Le plan de la ministre Agnès Buzyn, destiné à « lutter contre les inégalités sociales et géographiques d’accès aux soins », sera aussi inefficace que ceux de ses prédécesseurs. 
En avril dernier, Macron déclarait, dans une interview au journal les Échos, vouloir réaliser durant le quinquennat « 25 milliards d’économies sur la sphère sociale », dont 15 milliards sur l’assurance maladie et 10 milliards sur l’assurance chômage, « grâce aux réformes structurelle
Dans le bassin de Decazeville dans l'Aveyron les coups pleuvent contre les salariés, la population et les services publics. L'usine de la SAM, un équipementier automobile, est elle aussi visée.
Après trois semaines de mobilisation et de grève (voir l’Anticapitaliste n°391), la direction du CHU (centre hospitalier universitaire) de Toulouse a enfin accédé à une grande partie des revendications des grévistes.
Depuis maintenant un an la situation s’est tendue au CHU : les conflits individuels et collectifs se sont multipliés face à la dégradation des conditions de travail des hospitalierEs. 
Une centaine de personnes représentant 28 comités locaux ont participé les 23, 24 et 25 juin derniers à Concarneau aux 27e rencontres de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité.
Depuis mardi 27 juin l’intégralité des agents titulaires (auxiliaires de puériculture, puéricultrices, éducatrices de jeunes enfants, agents de service hospitalier...) est mobilisé.

Pages

S'abonner à Hôpitaux