Hôpitaux

Après le temps de la lutte contre le Covid, sans moyens et sans protection, après les annonces du « Ségur » de la santé, de quoi les mois qui viennent seront-ils faits ? C’est la question qui partout se pose en cette « rentrée ».

Jeudi 3 septembre, le Premier ministre Castex annonçait un plan de relance de 100 milliards d’euros. Depuis, pas un jour ne passe sans que de nouveaux plans de licenciements soient annoncés.
Olivier Veran, le Ministre de la santé vient de dévoiler la deuxième série de mesures censées répondre à la crise du système hospitalier, révélée aux yeux de tous par l’épidémie de COVID 19.
La clinique Océane du Havre
Le Centre hospitalier du Rouvray, symbole de la mobilisation contre la destruction des soins psychiatriques en France, est la théâtre d’une politique répressive contre les perso
Arrivé au gouvernement aprè
Le Premier ministre Jean Castex prévient ne pas croire au « consensus mou » et prétend conclure le Ségur de la Santé dans les jours qui viennent et régler « à court terme » le dossier des retraites.
« Un inconnu à Matignon », c’est souvent en ces termes qu’a été accueillie la nomination de Jean Castex au poste de Premier ministre. Le monde de l’hôpital ne le connait certes pas, mais il connait par contre très bien les effets de son passage au ministère de la santé.
Nous étions environ 150 présentEs le 24 juin, pour soutenir notre camarade Philippe, lors du 1er conseil de discipline contre les lanceurs d’alerte du centre hospitalier du Rouvray, coupables du « crime » d’avoir dénoncé une scandaleuse circulaire de la direction.
L’ampleur de la mobilisation du 16 juin a traduit l’exaspération des personnels hospitaliers et de leurs soutiens. Le pouvoir a compris qu’il ne pouvait continuer à jouer la montre au « Ségur de la santé ».

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Hôpitaux