Hôpitaux

Après trois semaines de mobilisation et de grève (voir l’Anticapitaliste n°391), la direction du CHU (centre hospitalier universitaire) de Toulouse a enfin accédé à une grande partie des revendications des grévistes.

Depuis maintenant un an la situation s’est tendue au CHU : les conflits individuels et collectifs se sont multipliés face à la dégradation des conditions de travail des hospitalierEs. 
Une centaine de personnes représentant 28 comités locaux ont participé les 23, 24 et 25 juin derniers à Concarneau aux 27e rencontres de la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité.
Depuis mardi 27 juin l’intégralité des agents titulaires (auxiliaires de puériculture, puéricultrices, éducatrices de jeunes enfants, agents de service hospitalier...) est mobilisé.
Sur fond de crise globale du système de santé, un plan de démantèlement et réduction de l’hôpital public est mis en application depuis des années par les gouvernements de droite comme de gauche.
Quelques jours avant son départ, la ministre de la Santé a daigné accorder à compter du 1er mai 2017 à des infirmières de nuit une augmentation... de 1,50 euro pour 10 heures de travail, soit de 15 centimes de l’heure !
Entretien. Nous avons rencontré le docteur Valérie Auslender, auteur d’Omerta à l’hôpital, le livre noir des maltraitances faites aux étudiants en santé
Depuis le 29 mars, la grève des salariéEs de la clinique psychiatrique de l’Auzon se poursuit, avec 95 % de grévistes parmi les soignantEs (voir l’Anticapitaliste n°379).
À l’appel d’un de leurs syndicats, l’ISNI, les internes en médecine ont engagé une grève reconductible. Ainsi, ils ont manifesté le mardi 18 avril dans plusieurs villes (Paris, Rouen, Marseille). Le mouvement a été voté jusqu’à, au moins, le 25 avril.
Le mercredi 16 mars, 95 % du personnel soignant et 85 % des effectifs de la clinique de l’Auzon à La Roche-Blanche se mettaient en grève...

Pages

S'abonner à Hôpitaux