Paris - Non à la LPPR ! Les Facs et Labos en Lutte à l'Assemblée

Lundi 21 septembre 2020, 14:00
Département: 

Lundi 21 septembre 2020 à partir de 14h, place du président Edouard Herriot, Paris 7e

Ce lundi 21 septembre, nous nous rassemblons devant l'Assemblée nationale alors que l'examen en séance de la LPPR débute !

Les Facs et Labos sont toujours en Lutte contre la destruction de notre service public de l'enseignement et de la recherche !

En cette rentrée, nous nous demandons toujours : où sont les fonds nécessaires à l'accueil des dizaines de milliers d'étudiant·es supplémentaires dans le respect des consignes sanitaires ? Où sont les créations de postes pérennes pour que précaires et vacataires disposent enfin de conditions dignes de travail ? Où sont les moyens qui permettront à nos recherches, dont celles indispensables sur les coronavirus et le changement climatique, de se poursuivre à la rentrée ? Nulle part.
Frédérique Vidal mène depuis quinze jours une vaste campagne d'enfumage qui ne trompe plus personne, même les députés qui votent en ce moment le texte en commission notent ses nombreuses incohérences. Aujourd'hui, là ministre veut faire avaler la potion amère en promettant des primes aux titulaires. Mais nous n'accepterons pas de nous rendre complice de l'aggravation du sort des précaires : la revalorisation des rémunérations sur le dos de l'emploi titulaire, c'est non !

Ce que le gouvernement cherche à nous imposer avec ce projet de loi c'est moins de moyens et moins de recrutements, mais aussi une recherche toujours davantage mise au service des intérêts des entreprises privées et dépendante des volontés du pouvoir politique. Or, la recherche ne fonctionne bien que si elle est indépendante, à la fois du pouvoir politique et du supposé "marché de la connaissance", qui n'est que celui des vanités et des égos. La crise de la Covid-19 ne nous l'aura que trop cruellement rappelé. Peut-on imaginer plus parfaite inconséquence que de continuer à pousser une contre-réforme de la recherche renforçant ces mêmes logiques délétères, à l’œuvre depuis trop longtemps déjà, qui nous ont démunies face à la crise sanitaire ?
Aujourd'hui, c'est le service public de l'enseignement supérieur et de la recherche tout entier qui est menacé par ce projet de loi, pour la survie de l'hôpital public a été mise en péril par la tarification à l'acte (T2A).

Nous sommes là, nous serons toujours là, pour une recherche et une université publiques, ouvertes à tou·tes et émancipatrices !

Plus d'infos : https://universiteouverte.org/2020/09/10/bienvenue-en-france-lppr-precarite-meme-rentree-memes-combats/