Entreprises

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Chez PSA et Renault, les actionnaires voient leurs revenus et leurs rentes exploser, tandis que les salariéEs se serrent la ceinture. Le partage des richesses est de plus en plus inégalitaire et insupportable.

Depuis plusieurs années, flexibilité exige, les usines automobiles carburent à l’intérim. Chez Renault la proportion d’intérimaires dépasse 80 % sur les chaînes de montage des usines comme Sandouville ou Flins.
Seize ans après l’explosion meurtrière de l’usine AZF à Toulouse le 21 septembre 2001, qui avait fait 31 mortEs et des milliers de blesséEs, l’entreprise Grande-Paroisse, filiale à 100%  du groupe Total, est reconnue coupable.
Alors que le Groupe PSA renoue avec les bénéfices et que l'usine de Rennes La Janais augmente ses cadences, les intérimaires se plaignent de plannifications aléatoires et de diminutions d'heures.
Lentement mais sûrement, des syndicats revendicatifs ont réussi à s’implanter à Mc Do et à se pencher sur les pratiques d’optimisation fiscale du géant mondial de la restauration rapide  (voir l’Anticapitaliste n°377).
Par Adrien Schwyter 
Une grève d'intérimaires a démarré jeudi 19 octobre à l'usine PSA La Janais de Rennes. Le débrayage a commencé à 9h30 avec 85 grévistes, dont au moins 60-70 intérimaires. Ils ont défilé dans les ateliers, revendiquant des augmentations de salaires et de la prime de panier.
La SNCF a bénéficié cette année de 373 millions d’euros au titre du CICE malgré la suppression de 2 800 emplois. Et ce n’est pas fini… 
À l’appel de l’intersyndicale, 350 personnes, salariéEs de GE, délégations d’entreprises de la ville et de la région, ont manifesté le mardi 17 octobre, avec une présence du PCF, de la FI, d’EÉLV, de Lutte ouvrière et du NPA.
Au nom du NPA, Philippe Poutou sera à Grenoble à l'usine GE/Alstom le vendredi 13 octobre 2017 pour apporter son soutien à la lutte des salariéEs.

Pages

S'abonner à Entreprises