Entreprises

Samedi 22 septembre, les salariéEs de Ford Blanquefort et leurs organisations CGT et CFTC appellent à manifester pour sauver leurs 872 emplois, ainsi que les 3 000 emplois de la région induits par la présence de l’usine…

Avec l’ordonnance sur la « prévisibilité et la sécurisation des relations sociales », les patrons ont à leur disposition une palette d’outils pour gérer une force de travail de plus en large… et de moins en moins contraignante.
Pour le moral c’est comme pour tout le reste : il y a des hauts et des bas. En ce moment, on peut le dire, on galère pas mal pour mobiliser les collègues de Ford.
Il n’est pas facile d’apprécier cette première journée de grève à la SNCF. A la fois spectaculaire en nombre de grévistes et en paralysie du trafic, mais qui pour autant reste dans le cadre de la grève voulue par l’intersyndicale de deux jours sur 5. 
La mobilisation a été très forte contre les 5200 suppressions de poste dans le groupe Carrefour décidées par le nouveau PDG Bompard. Il veut se tourner vers le e-commerce et le drive, en l'appliquant notamment à l'alimentaire et l'électroménager, l'audiovisuel...
Après le succès du 22 mars, où 25 000 cheminots ont manifesté à Paris et 40 000 partout en France, notre premier jour de grève est également un succès.
Samedi 31 mars, une majorité de magasins Carrefour était en grève à l’appel de plusieurs syndicats. Plusieurs dizaines de magasins ont été bloqués, ce qui a suscité un intérêt médiatique important.
À la fin du mois de février, la direction de Ford annonçait qu’elle n’investirait plus dans son site de production de boîtes de vitesse de Blanquefort (33). Ce sont plus de 900 emplois directs qui sont menacés, plusieurs milliers si l’on compte les emplois induits.
Après 2 journées de grève réussies les 22 février et 23 mars, et en l’absence de réponse de la direction sur ses revendications, l’intersyndicale Air France maintient la grève du 30 mars et appelle à 2 journées supplémentaires les 3 et 7 avril. 
Du lundi 19 mars 2018 à 5 h 45 au vendredi 23 mars dans la matinée, l’usine Bosch de Rodez a été complètement bloquée par des débrayages tournants et des barrages aux portes de l’usine empêchant entrée et sortie des pièces pour la fabrication.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Entreprises