Entreprises

Un nouvel épisode de la série « Ford a décidé de partir, mais nous on ne veut pas ».

Du 6 au 15 mars, la direction de Geodis au port de Gennevilliers a convoqué 11 délégués CGT à des entretiens préalables avant « sanctions pouvant aller jusqu’au licenciement ». L’un d’eux subit depuis le 22 février une mise à pied conservatoire.
Qu’on se le dise : l’hôpital-entreprise c’est fini. C’est du moins le message que tente de faire passer Agnès Buzyn, ministre de la Santé.
Ce lundi 12 février, la direction organisait une fête à Gare de Lyon pour les 80 ans de la SNCF. Au menu : animations, petits-fours et cocktails pour célébrer la privatisation du rail.
Publié par France TV Info. Philippe Poutou, porte-parole du NPA et salarié de l'usine Ford à Blanquefo
Les résultats du groupe Airbus pour 2017 (aéronautique, hélicoptères, spatial et défense), annoncés en février, sont impressionnants : 2,9 milliards d’euros de bénéfice net, 997 milliards d’euros de carnet de commandes, soit 15 années d’activité.
Après des années de louvoiement, les dirigeants de Ford ont fini par annoncer la couleur : ils veulent se désengager. C’est donc la fermeture de l’usine de Blanquefort qui est programmée avec la disparition de 900 emplois directs et environ 3 000 emplois induits dans la région.
La multinationale Ford, après avoir voulu se désengager du site de Blanquefort en 2008, a annoncé le 27 février son désengagement total d’ici 2019.
Chez Pimkie, société nordiste de prêt-à-porter féminin, la CGT et FO, majoritaires dans l’entreprise, ont annoncé qu’elles rejetaient le plan de départs volontaires concocté par la direction.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Entreprises