Entreprises

L’une des quatre usines menacées par Renault de fermeture ou de restructuration, l’usine des Fonderies de Bretagne à Caudan, est en grève.

Les salariés de l’entreprise Arbel Fauvet Rail (AFR), à Douai (Nord), se battent contre la fermeture de leur usine. Les grévistes ont obtenu un rendez-vous au cabinet de Christian Estrosi, ministre de l’Industrie, le vendredi 30 avril.
Les salariés de l’usine M-Real à Alizay (Eure) ont peut-être trouvé un repreneur.
Les travailleurs de Surcouf du site de l’avenue Daumesnil à Paris mènent une grève illimitée, impressionnante par son unité et sa durée. Khalid, 35 ans, membre du CCE, du CE, délégué du personnel CHSCT et syndiqué CGT, est employé depuis sept ans chez Surcouf.
Depuis le 31 mars, les salariés de Surcouf sont en grève suite au rachat de l'enseigne, pour 1 euro symbolique, par le groupe Hugues Mulliez, 3e fortune de France et propriétaire, enttre autre, d'Auchan.
Les salariés de Philips Dreux (Eure-et-Loir), on dû se résoudre à voir le site de production fermer le 15 avril dernier. Après des années de bataille pour le maintien de leurs emplois, cette décision leur laisse le goût amer d’une lutte inachevée.
 Les cinq magasins de l’enseigne sont touchés par un « plan social ». Le repreneur Mulliez (3e fortune de France et 9e fortune mondiale avec 25 milliards d’euros, Auchan c’est à lui), a décidé, tout seul, de disposer des travailleurs comme on ne dispose même pas de son chien :
Les 850 ouvriers licenciés de la SMESI, filiale de l'Office Chérifien des Phosphates, mènent depuis juillet 2009 une lutte déterminée pour leur réintégration et le droit à l'exercice de la liberté syndicale.
Le 19 avril, les grévistes de la chaîne de matériel informatique Surcouf ont installé un piquet avec tentes devant le magasin de l’avenue Daumesnil (Paris 12e), avant la reprise de négociations, le mercredi 21 avril.
Malgré 300 manifestants rassemblés devant le siège de PSA où se tenait, le 20 avril, le comité central d’entreprise, 398 emplois vont être supprimés à l’échéance de 2012 parce que la direction du groupe à décidé d’une autre organisation de l’entreprise sans prendre un seul instant en compte l

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à Entreprises