Entreprises

Samedi 22 septembre, les salariéEs de Ford Blanquefort et leurs organisations CGT et CFTC appellent à manifester pour sauver leurs 872 emplois, ainsi que les 3 000 emplois de la région induits par la présence de l’usine…

NANTERRE, 27 mars 2009 (AFP) - Entre soixante et quatre-vingts postiers des Hauts-de-Seine, soutenus par les syndicats Sud-PTT, la CGT et Olivier Besancenot, ont entamé depuis jeudi une occupation jour et nuit du siège départemental de La Poste, à Nanterre, a-t-on appris vendredi de plusieurs sou

Face à la violence de l’offensive patronale, responsable de l’explosion du chômage, préparons la riposte. 
PARIS, 25 mars 2009 (AFP) - Plusieurs dizaines de postiers des Hauts-de-Seine en grève depuis le 12 janvier, dont Olivier Besancenot, ont à nouveau envahi les locaux du siège de l'entreprise publique à Paris mercredi matin pour réclamer la "réouverture" de négociations, ont-ils annoncé à l'AFP.
 F. Chérèque déclare : «des militants NPA font le tour des entreprises en difficulté, ça fait un peu rapace, ils attendent la misère pour agir (...) nous, on agit au quotidien».
Le NPA apporte son soutien aux deux délégués CGT et CNT de la Fnac Forum visés par une mesure disciplinaire « pouvant aller jusqu'au licenciement ».
 PARIS, 23 mars 2009 (AFP) -Une cinquantaine de postiers des Hauts-de-Seine en grève contre la réforme de la distribution du courrier, dont le leader du Nouveau Parti Capitaliste (NPA) Olivier Besancenot, ont manifesté lundi au ministère des Finances, où une délégation a été reçue, a-t-on appris
Les 3 portes d’entrée du site sont bloquées par les salariés en grève. Il se battent contre les 800 licenciements et pour leur dignité. 600 salariés grévistes bloquent les entrées des 3 portes en permanence toute la journée en se relayant, depuis mercredi 11 mars.
Olivier Besancenot, en grève lui-même à La Poste, comprend les actions des salariés de Sony, qui ont séquestré leur patron toute la nuit de jeudi à vendredi.
Grugés par la direction de l'entreprise, les 1120 salariés de Continental à Clairoix dans l'Oise en ont gros sur la patate.

Après avoir accepté, en 2007, le retour aux 40 heures pour sauver l'entreprise, les voilà foutus à la porte. Marché de dupes à l'évidence !

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

S'abonner à Entreprises