(93) Seine-Saint-Denis

La liste Saint-Denis Anticapitaliste pour les municipales de 2020 représente une voix indépendante des listes de gauche qui ont géré la municipalité. Pendant la campagne des municipales, nous avons affirmé l’urgence de mesures qui répondent aux besoins de la population.

Sans surprise, la candidate du NPA, syndicaliste enseignante bien connue sur le secteur, n’a fait qu’un score des plus modestes sur fond d’abstention et de guerre à gauche du PS, entre La France insoumise, le PCF et l’ex-maire ex-PCF Jean-Pierre Brard.
C’est à plus de 200 que les professeurs des classes d’accueil de collèges et de lycées qui scolarisent les élèves étrangers se sont retrouvés ce jeudi 18 mai devant la direction départementale de l’Éducation nationale du 93 à Bobigny.
Vendredi 31 mars, soirée dans un restaurant de la ville organisée par le comité local. Un rendez-vous traditionnel où nous étions une soixantaine à nous réunir : militantEs, sympathisantEs mais aussi pas mal d’inconnuEs. 
Salle comble pour public comblé... Jeudi 23 mars, 250 personnes ont suivi le discours du candidat du NPA. À la tribune : Ghislaine Tormos, ex-gréviste de PSA Aulnay, actuellement à PSA Poissy, a décrit ce qu’est l’exploitation pour une travailleuse syndiquée à la CGT, dans l’automobile.
C’est un grand traumatisme pour les dizaines d’adolescents mineurs qui ont fait l’expérience d’une garde à vue prolongée et musclée !
Mardi 7 mars a eu lieu à la fac de Paris 8 l’un des plus importants meetings de la campagne qui a rassemblé 400 personnes dans une ambiance très combative et déterminée.
Samedi 4 février, 300 manifestantEs se sont rassemblés place de la mairie à Montreuil pour protester contre les attaques sournoises dont sont victimes les travailleurs immigrés tant à Montreuil qu’à Rosny.
Mardi 31 janvier, une cinquantaine de personnes se sont retrouvées en réunion. Mustapha, militant de la gauche révolutionnaire syrienne, y a rappelé les étapes de ce grand soulèvement contre un régime néolibéral et ultra-autoritaire, puis lancé un appel à la solidarité avec le peuple syrien.
À croire que l’îlot 27, une cité située rue Auger à Pantin, est devenu la bête noire du maire PS Bertrand Kern.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à (93) Seine-Saint-Denis