(92) Hauts-de-Seine

Depuis septembre, une intense mobilisation a lieu à l’université de Nanterre pour obtenir l’inscription des sans-facs. Le président de l’université, Jean-François Balaudé, a refusé toute négociation. Au lieu de cela, il a décidé de s’acharner contre les étudiantEs mobilisés.

La grève a été majoritairement reconduite non seulement à Rueil-Malmaison, La Garenne-Colombes/Bois-Colombes mais aussi à Courbevoie et Gennevilliers. Sur ces deux derniers centres le taux de grève est nettement majoritaire alors que la direction s’attendait à une reprise.
La question de l’extension départementale est posée
La grève reconductible des postiers de Rueil-Malmaison est partie en défense d’une collègue précaire, dont la direction refusait le renouvellement du contrat d’insertion. Pour autant, les direction locale et départementale de La Poste en ont fait une question de principe.
La mobilisation s’est ancrée à Courbevoie aujourd’hui : la reconduction de la grève a été votée à 60% dans l’établissement. La grève reconductible est donc ancrée aujourd’hui sur les établissements de Rueil, La Garenne/Bois-Colombes et Courbevoie en majoritaire, et sur le CTED en minoritaire.
Débrayage à Courbevoie
Les facteurs en grève ont profité de l’AG d’aujourd’hui pour préciser leur plateforme de revendications : les Rueillois se battent pour l’embauche des contrats précaires, pour leur regroupement sur une site unique à Rueil et non dans une autre commune et pour le report du projet de diminution du
10ème et 11ème jours de grève des postiers du 92 (8/02/2014)Elargissement à Colombes et Neuilly
Les facteurs de Rueil-Malmaison sont en grève reconductible depuis mercredi 29 janvier contre le non renouvellement du contrat d’une de leur collègue embauchée en « contrat unique d’insertion ».

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à (92) Hauts-de-Seine