(92) Hauts-de-Seine

Le 17 octobre 2018, deux militants sur la fac de Nanterre, Victor et Roga, ont été condamnés respectivement à quatre mois de prison avec sursis et six mois de prison ferme, alors qu’ils n’ont rien fait d’autre que de se réunir en AG lors de la mobilisation du printemps dernier contre ParcourS

Mi 2015, la direction de La Poste a déclaré tout de go aux guichetières et guichetiers de Clamart Centre que la réorganisation prévue sur leur bureau allait « inévitablement » entraîner une fermeture méridienne entre 12 heures et 14 heures… et une série de suppressions d’emplois.
Toutes les tendances de droite réclament la réduction des tâches de l’État, que celui-ci se concentre sur son « cœur de métier » (armée, police, justice, etc.), et qu’il laisse le reste au privé, réduisant ainsi massivement le nombre des fonctionnaires ! Le PS va dans le même sens...
Vendredi 16 septembre s’est tenue une réunion de lycées mobilisés pour des moyens en ZEP. Etaient présents des personnels des lycées de Nanterre, Garges-lès-Gonesse, Villeneuve-la-Garenne, Colombe, Bagneux, Goussainville, Gennevilliers, Sarcelles, Argenteuil, Asnières-sur-Seine et Nanterre.
La grève avait été lancée suite à une tentative consciente, préparée plusieurs mois à l’avance par SUD Poste 92 de faire partir un maximum de bureaux à la fois, en commençant par un appel à 48 heures de grève les 10 et 11 mai.
La fête annuelle du NPA 92 Nord s’est tenue le samedi 18 juin à Levallois. Une quarantaine de personnes ont assisté aux prises de parole de grévistes de La Poste, en reconductible depuis le 10 mai, de camarades de la SNCF, de l’éducation ou encore du travail social, et bien sûr du NPA.
Le PS de Nanterre se souviendra longtemps de sa réunion publique sur le thème de la sécurité. Une bonne demi-douzaine de militantEs du NPA local s’étaient positionnés pour l’arrivée du public.
Les facteurs et factrices des bureaux d’Asnières, Colombes, Issy-les-Moulineaux et Vanves/Malakoff, sont en grève depuis le 10 mai, Fontenay depuis le 1er juin.
Cela faisait plusieurs semaines que nous préparions une grève à la fois contre le sous-effectif et les suppressions d’emplois, pour la CDIsation des précaires, contre la loi Travail en cherchant à d’emblée fédérer plusieurs bureaux dans une grève reconductible.
Les collectifs unitaires sont une tradition bien ancrée à Clamart. De la défense des services publics aux mobilisations contre la « réforme » des retraites en 2010, les militants de la « vraie gauche » de cette ville des Hauts-de-Seine ont l’habitude de militer ensemble.

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à (92) Hauts-de-Seine