(33) Gironde

Je présente ma candidature à l’élection du maire dans le cadre de la politique que j’ai défendue avec les colistières et colistiers de notre liste « Cenon Anticapitaliste, pour les luttes des travailleurs et de la jeunesse ! »

Je me présente pour être maire, j’expliquerai pour quelles raisons. Mais auparavant, il faut revenir sur le contexte inouï dans lequel cette élection se déroule.
Publié par France Bleu Gironde, propos recueillis par Marie Rouarch. Philippe Poutou, avec la liste "Bordeaux en Luttes", est
Au niveau local aussi, les annonces du recul économique se multiplient.
Je m’appelle Mohamed, je suis un menuisier retraité franco-tunisien. Je vis confiné dans une tour de la cité Saint Hilaire à Lormont avec mes deux enfants, Émir, 10 ans, et Iram, 9 ans. Veuf, je m’occupe de tout à la maison, de la cuisine, de l’éducation des enfants.
Nous avons tenu une première réunion virtuelle de la commission santé du NPA 33, l’occasion de débattre de la situation entre militants et sympathisants travaillant dans le secteur de la santé, de confronter nos réalités, mais aussi de discuter de ce que cette crise révèle, ce qu’elle change dans
Les E3C, cela n’a pas été seulement du travail en plus quasiment non payé (0,86 cent la copie…) et imposé par la hiérarchie coûte que coûte, voire en réprimant (25 lycéenEs au moins en garde à vue pour des blocus en Île-de-France, 9 enseignantEs menacés de sanctions en Gironde…).
Notre patron a retenu l’essentiel des discours du gouvernement : « l’économie ne doit pas s’arrêter ». Et ce sont les patrons des gros groupes les plus féroces pour nous obliger à travailler alors que le gouvernement hypocrite appelle le reste de la population à se responsabiliser.
À Formanoir, résidence populaire à quelques centaines de mètres du centre de Pessac, nous sommes 5000 résidents, dans 8 tours de 18 étages et 8 bâtiments de 3 étages. Notre Cité fait tâche à Pessac, banlieue en pleine « gentrification » accélérée ! « Trop de pauvres ! ».
Sur plusieurs sites de presse, ce week-end, on apprenait la mise en place d’une « cagnotte en soutien au CHU de Bordeaux pour récolter des fonds afin de pouvoir financer tous les besoins matériels nécessaires à l’hôpital pour lutter contre le Covid-19 ».

Pages

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.

Souscrire à (33) Gironde