Revue de presse du lundi : IVG, genre, Ukraine, Palestine

IVG ; « théorie du genre » ; traité transatlantique ; énergie ; Ukraine ; Palestine ; Israël.

Alors que l'extrême-droite et les réactionnaires de toute espèce mènent actuellement une offensive idéologique d'ampleur, il nous a semblé utile, pour débuter cette revue de presse web, de signaler deux articles traitant de thématiques actuellement manipulées par lesdits réactionnaires : l'IVG et le genre. Sur l'IVG, on relèvera la contribution, sous forme de questions-réponses, de Gaëlle-Marie Zimmermann : « les idées reçues autour de l’avortement ont la vie dure, et beaucoup de gens ont du mal à saisir pourquoi la lutte pour le droit à l’IVG est toujours nécessaire aujourd’hui, encore et plus que jamais. [...] Tout le monde n’est pas familier de ces notions, et nos axes de luttes peuvent paraître obscurs aux personnes qui, a priori, ne sont pas anti-IVG mais qui ont du mal à percevoir (et c’est bien compréhensible) la nécessité de combattre encore pour le droit à l’avortement ». 

Sur la question du genre, on signalera l'article (daté de juin 2013 mais toujours d'actualité) de Florencia Rovira Torres, publié sur rue89, qui revient de manière pédagogique sur la notion, sa pertinence et ses implications :  « C’est reparti de plus belle grâce à la "Manif pour tous". Plus que jamais, on parle de "théorie du genre" en France pour dire tout et n’importe quoi. Obsession d’une partie de la droite, cette chose indéterminée permet de mélanger le sexe, la sexualité, l’orientation sexuelle et la fin du monde. […] Mais une bonne fois pour toutes, c’est quoi ce fameux "genre" qui suscite tant de passions ? ». Très (trop?) synthétique, mais néanmoins utile.

A signaler également, deux articles sur l'Europe et ses dangereux choix politiques, économiques et écologiques. Sur le site Reporterre, Manuel Perez-Rochat et Stuart Trew nous alertent sur le traité transatlantique, actuellement en cours de négociation, dans la plus grande opacité, entre UE et Etats-Unis : « Alors que la Commission européenne poursuit en secret la négociation du traité transatlantique, dit Tafta, avec les Etats-Unis, il est utile d’examiner ce à quoi a servi le traité qui lui sert de modèle : l’Alena, entre les Etats-Unis, le Canada, et le Mexique. Le bilan est simple : il donne des pouvoirs exorbitants aux grandes entreprises ». Une raison supplémentaire de dénoncer cette Europe et d'exiger la rupture des traités déjà existant, plutôt que la ratification de nouveaux. 

Sur son blog Mediapart, Maxime Combes revient quant à lui sur les récentes décisions de l'EU en termes de choix énergétiques, annonciateurs d'une véritable catastrophe écologique : « En annonçant un objectif de réduction d'émissions minimaliste et en abandonnant toute ambition d'amélioration significative de l'efficacité énergétique et du déploiement des énergies renouvelables, tout en délivrant un feu vert à l'exploitation des énergies fossiles non conventionnelles, la Commission européenne propose d'enferrer les sociétés européennes dans un modèle énergétique fossile et fissile. Explications ». 

A l'est de l'Europe, en Ukraine, la mobilisation n'a pas faibli, ces derniers jours, contre le pouvoir en place. Sur le site ESSF, Catherine Samary nous propose une mise en perspective riche et documentée, afin de comprendre les enjeux « de fond » de l'affrontement en cours, au-delà des raccourcis journalistiques : « Des affrontements de rue et plusieurs morts ouvrent une dynamique imprévisible. Alors que le PC ukrainien (membre de la coalition au pouvoir – 14% de sièges) préconise un referendum sur les choix internationaux de l’Ukraine, un bras de fer oppose le Parti des Régions du président (majorité parlementaire de 33,27%) qui prend un cours répressif et une opposition qui réclame, comme les manifestants, sa démission – sans autre programme alternatif et cohérence que cet objectif. Quels sont les enjeux sous-jacents ? ».

On signalera enfin, à l'international toujours, l'interview de Ramzy Baroud sur le site de L'Humanité, dans laquelle l'écrivain palestinien revient, entre autres, sur la situation en Cisjordanie et à Gaza, sur la nature du gouvernement israélien, sur le contexte régional, mais également sur l'image dégradée de la France chez les Palestiniens et, plus généralement, dans le monde arabe : « Les Palestiniens considèrent la position de la France comme engagée du côté israélien. Ils ont perdu leurs illusions sur l’équilibre français, sa sympathie supposée pour la cause palestinienne. Après l’intervention militaire en Libye, puis la tentative avortée de bombarder la Syrie, […] la France est de plus en plus perçue comme l’adversaire du monde arabe. Il y a un manque de confiance pour un pays clairement identifié comme faisant partie de l’axe Londres-Washington-Tel Aviv ». Au moins, c'est clair.  

Julien Salingue

______________

Références

Autour de l’IVG et de la nécessaire poursuite de la lutte : questions courantes et propositions de réponses - Gaëlle-Marie Zimmerman (A contrario) - http://www.acontrario.net/2014/01/25/faq...

Au risque de radoter, « la théorie du genre » n’existe pas - Florencia Rovira Torres (rue89) - http://rue89.nouvelobs.com/2013/06/29/ri...

Ces merveilleux traités qui transfèrent le pouvoir des Etats aux multinationales - Manuel perez-Rocha et Stuart Trew (Reporterre) - http://www.reporterre.net/spip.php?artic...

La contre-révolution énergétique de l'Union européenne. Décryptage. - Maxime Combes (Blog Mediapart) - http://blogs.mediapart.fr/blog/maxime-co...

La société ukrainienne entre ses oligarques et sa troïka - Catherine Samary (ESSF) - http://www.europe-solidaire.org/spip.php...

« La France est de plus en plus perçue comme l’adversaire du monde arabe » - Ramzy Baroud (L'Humanité) - http://www.humanite.fr/monde/la-france-e...

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.