Retrait du projet de loi Bachelot ! Nouvelle journée de mobilisation le 14 mai

Pour être soigné à l'hôpital, faudra-t-il demain être un « malade rentable »? Si le projet de loi Bachelot, débattu à partir du 11 mai au Sénat, est voté, la réponse sera affirmative. En donnant les pleins pouvoirs au directeur, il complète la mise en place de l'hôpital entreprise.

 

 

C'est ce que dénoncent, dans un appel, 25 des professeurs les plus connus de l'Assistance publique-hôpitaux de Paris (AP-HP). Ils affirment que « la pensée marchande dont se prévaut cette loi réduit le qualitatif au quantitatif, le malade au tarif de sa maladie. Dans le même temps, on organise des suppressions massives et injustifiées d'emplois, d'infirmières et d'aides-soignantes. »

L'écho médiatique et politique de cet appel vient renforcer la mobilisation montante des personnels hospitaliers et des comités de défense des hôpitaux publics. Il préoccupe le gouvernement, qui reste toutefois déterminé à imposer une de ses « réformes » phare.

Au lendemain de la journée du 28 avril, il s'agit de passer à la vitesse supérieure pour imposer le retrait du projet de loi « Hôpital, patients, santé et territoires », projet cohérent de privatisation de l'hôpital.

Outre la gestion d'entreprise, dénoncée par l'appel des 25, le projet gouvernemental prévoit la création d'agences régionales de santé, « clé de voûte de la réforme », selon Roselyne Bachelot. Celles-ci permettront le transfert des activités et des financements de l'hôpital public, vers les secteurs privé lucratif (cliniques privées), libéral (maisons médicales) ou médico-social (gériatrie, psychiatrie).

Le projet Bachelot vise également à accélérer les fermetures d'hôpitaux de proximité (250 directement menacés) et la suppression massive d'emplois hospitaliers, par la création de « communautés hospitalières de territoire ». C'est l'ensemble du projet qui doit être retiré. Pour cela, la grève de l'ensemble des personnels hospitaliers, la mobilisation des usagers dans la perspective d'une grande manifestation pour la défense de l'hôpital public est à l'ordre du jour. Il n'y a pas une minute à perdre. 

L'intersyndicale des personnels et des médecins a décidé d'une nouvelle journée nationale de mobilisation le 14 mai, au moment de la discussion au Sénat. Avec la volonté d'élargir la mobilisation, elle propose une réunion commune avec le Mouvement de Défence de l'Hôpital Public dans l'objectif  "de décider ensemble des modalités d'action de cette journée de mobilisation nationale."


 

 

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.