Quand IBM pille l’informatique de la SNCF.

Mercredi 26 mai, des centaines de cheminots informaticiens, mais aussi des prestataires, devaient se retrouver devant le siège de la SNCF afin de redire à Pépy leur refus des délocalisations et le pillage de l’informatique SNCF par IBM. Une « journée sans informaticiens » à déjà eu lieu le 1er avril. Fin 2009, la SNCF a passé un accord avec la multinationale pour lui sous-traiter son informatique. D’après les organisations syndicales CGT – Unsa- SUD-Rail – CFDT qui exigent que l’Epic SNCF garde la maîtrise de tous ses systèmes d’information, il s’agit d’une opération strictement financière qui se traduira par la délocalisation de près de 1 000 emplois vers des pays à bas coûts. Elles alertent également sur le danger qu’il y aurait pour la SNCF à se départir du contrôle de son système informatique. Aujourd’hui, IBM travaille déjà avec 60 compagnies ferroviaires à travers le monde.

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.