Polar : Les visages écrasés, Marin Ledun, Points Seuil, 2012, 7,60 euros.

Au travers de l’itinéraire d’une psychologue qui disjoncte peu à peu, faute d’être en mesure d’aider les salariés désemparés qu’elle est censée assister, Marin Ledun dissèque les méthodes de management d’une entreprise qui évoque beaucoup France Telecom. Pressions incessantes, humiliations, mutations, caméras de surveillance, les plus fragiles craquent et ça se termine par des suicides que la direction cherche à camoufler en « drames personnels ».

Le roman commence par un meurtre et remonte le fil du temps pour expliquer un acte qui semble incompréhensible. Il est entrecoupé de rapports médicaux qui mettent en lumière le processus psychologique qui conduit un travailleur à mettre fin à ses jours. Les relations entre grands directeurs, cadres, syndicalistes et employés du rang sont assez bien vues. Un roman vraiment très noir que nombre de DRH feraient bien de lire pour comprendre que les femmes et les hommes qu’ils traitent comme des variables d’ajustement sont des êtres humains.

Gérard Delteil

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.