Pétroplus en liquidation judiciaire

Le tribunal de commerce de Rouen vient de prononcer la liquidation judiciaire de la raffinerie Pétroplus de Petit-Couronne. Cinq cent cinquante salariés et des centaines de sous-traitants, au total plus de deux mille familles vont être jetés à la rue pour le plus grands profit des pétroliers.

Nous n'oublions pas que c'est le trust Shell qui s'est débarrassé de sa raffinerie de Petit-Couronne, qu'il voulait fermer, en la vendant pour un prix particulièrement bas à Pétroplus, spécialisée dans le rachat de raffineries dont les grands groupes voulaient se débarrasser.

Aujourd’hui, il faut mettre en accusation Shell et ses milliards de profits. Le gouvernement socialiste, au lieu de donner à Shell l'autorisation de polluer au large de la Guyane, ferait mieux de contraindre le groupe à maintenir tous les emplois à Petit-Couronne en reprendant Petroplus Petit-Couronne et l'ensemble de ses salariés, sous la menace de la réquisition de ses biens et de ses avoirs en France, sous la menace du remboursement de toutes les aides publiques… .

Tous ensemble, salariés du pétrole, populations, syndicalistes, autour des Petroplus nous pouvons paralyser l'approvisionnement en pétrole comme nous avions su le faire lors de la grève des retraites pour imposer le maintien de tous les emplois.

Au moment où les pétroliers ferment une par une les raffineries pour engager leurs capitaux dans des secteurs jugés plus rentables, le NPA défend l'idée d'un vrai service public de l'énergie, la réquisition des grands groupes comme Total ou Shell pour préserver l'ensemble des emplois, et travailler à une vraie transition énergétique sans nucléaire.

Montreuil, le 16 octobre 2012

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.