Opposition aux réformes : les enseignants commencent à avoir le rythme

La réforme des rythmes scolaires est en train de mettre le feu dans l’Éducation nationale. Jeudi 17 janvier, environ 150 enseignantEs du 1er degré étaient en grève dans le 92, principalement dans le nord du département. Mardi 22 janvier, 90 % de leurs homologues de Paris étaient en grève, 366 écoles fermées, des chiffres historiques.
La manifestation parisienne a rassemblé plus de 3 500 personnes. Les enseignantEs du 92 les ont rejoints. Le projet de réforme des rythmes scolaires a mis le feu aux poudres en venant s’ajouter à un projet de loi qui, dans le premier comme dans le second degré, énerve de plus en plus. En effet, Peillon ne revient sur aucune des mesures de Fillon, ni la réforme des lycées ni les réformes « pédagogiques » rétrogrades, notamment l’aide personnalisée, ni les suppressions de postes. La rentrée a été encore plus difficile que les années précédentes.
Au nom des élèves, on attaque les profs !
La réforme des rythmes scolaires est particulièrement choquante car elle augmenterait la charge de travail d’enseignants déjà très fatigués et continuerait à attaquer leur statut. Elle n’est en rien une amélioration des conditions d’études pour les élèves, qui resteraient plus longtemps à l’école avec, pour Paris, une pause le midi allongée, avec un encadrement totalement artisanal.
La logique est simple : faire croire que le gouvernement se préoccupe de nous, mais en réalité c’est toujours la même politique de casse des statuts, du cadre national de l’éducation, une politique pour faire des économies.
Du côté syndical, la direction du SNUipp-FSU est très réticente à construire la mobilisation. Si à Paris elle est partie prenante de la mobilisation, dans le 92 ce sont seulement la CGT Educ’action et Sud qui la soutiennent officiellement, tandis que la direction nationale du SNUipp se contente, sous la pression de nombreuses sections départementales, d’une journée d’action sans grève mercredi 23 janvier.
Pour nous, l’enjeu est simple : rebondir après le 22 janvier pour construire une convergence entre les différents secteurs de l’Éducation, de nouvelles grèves pour faire reculer le gouvernement.
Antoine Larrache et Armelle Pertus

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.