Notre-Dame-des-Landes : succès populaire et manipulation gouvernementale

La manifestation du 22 février à Nantes a été un véritable succès populaire, avec plusieurs dizaines de milliers de personnes venues de toute la France. La manipulation du gouvernement sur les « violences » a été à la hauteur : un véritable tsunami médiatique pour tenter de casser l’image du mouvement.

Oubliés donc les agriculteurs dont c’était la plus grosse manifestation depuis longtemps (520 tracteurs !) après le saccage de l’agroalimentaire en Bretagne et à l’approche du Salon de l’agriculture.
Les principaux médias ont montré en boucle les dégâts matériels. Un écran de fumée lacrymogène, dissipé par les témoignages, photos et vidéos. Le millier de « black blocs », on ne le voit pas. La manipulation de la police est soulignée par tous : blocage du centre-ville, provocations... un véritable piège tendu aux manifestantEs. Même un tract du syndicat policier Alliance le confirme : les CRS ont bien reçu l’ordre de ne pas intervenir contre les dégradations matérielles.
La violence du gouvernement ce 22 février à Nantes était un choix, dans une ville où, depuis 1968, il est toujours interdit d’interdire : personne ne déclare de manifestation aux « autorités ». Grenades assourdissantes, flash-balls... ont provoqué d’innombrables blessures chez les manifestantEs. Quentin, un jeune charpentier loin d’être un « casseur », a reçu un tir de flash-ball et perdra son œil. Un autre manifestant, blessé au ventre, perdra sa rate. Combien valent ces blessures face aux dégâts matériels, une vitrine et une grue de Vinci détruits ?

La violence comme système de gouvernement ?
Le gouvernement a tenté de discréditer tout le mouvement en assimilant les organisateurs à « la vitrine légale d’un mouvement armé » dixit le préfet... Face à ces « terroristes », la conclusion est logique : il faudra évacuer la Zad au plus vite, dès le lendemain des municipales. La réaction unanime des opposantEs a été de dénoncer la manipulation et d’avertir qu’ils ne laisseront pas expulser la Zad.
Tous derrière le gouvernement : c’est la position des principaux dirigeants politiques, de l’UMP au PCF, en passant par EELV ! Le secrétaire du PCF de Loire-Atlantique, colistier du PS aux municipales, sera solidaire du gouvernement jusqu’au bout de la honte, rejetant toute la responsabilité sur les organisateurs de la manifestation. La réponse ne se fera pas attendre : Yves Ardil, militant historique du PCF et dirigeant de la CGT locale, lui a adressé une lettre ouverte de démission.
Face à cette hypocrisie, les réactions des militantEs, celle du syndicat CGT de Nantes-Métropole rappellent les évidences : « Les tags seront effacés, les vitrines redressées, les locaux reconstruit… Le jeune, lui, ne retrouvera pas son œil. La veille de la manif, un homme s’est pendu. Il ne supportait plus les conditions de travail imposées. Qui en a parlé ? (…) Que fait le ministère de l’Intérieur pour protéger les plus faibles ? » La violence n’est pas une question légale ou morale : c’est une question de légitimité.
En réalité, le gouvernement Hollande-Ayrault est aux abois. Face à une contestation grandissante du projet d’aéroport, il n’a rien à opposer : ni prétendue création d’emploi, ni mesurette écologique, pas même un brin de démocratie. Pour ne pas perdre cette bataille, pour ne pas risquer de se trouver contesté sur sa gauche, il n’a d’autre choix que de réprimer et de tenter de diviser. Nous saurons résister !
CorrespondantEs NPA 44

Licence créative commons

Nos articles sont publiés sous licence Créative Commons. Voir les détails.